PRENDRE DES NOTES
Accueil COMENIUS LYCEE ALBUM

 

FICHE METHODE : PRENDRE DES NOTES

 

Je dois comprendre l’intérêt de prendre des notes.

C’est d’abord de garder une trace écrite du cours, un document personnel et clair de ce que le professeur a expliqué. C’est ensuite le meilleur moyen de se constituer une documentation efficace et utile pour le moment où il faudra réviser ses cours afin de se préparer au devoir. C’est enfin un exercice de concentration et d’attention qui ne peut être que formateur ne serait-ce que par le comportement qu’il exige.

Je dois comprendre ce qu’est un cours.

Le professeur fait un cours qui est constitué d’informations de différente importance. D’abord, il suit un plan qui le plus souvent est donné soit par écrit au tableau, soit rétroprojeté, soit distribué au début du cours. En Lycée, c’est le plus souvent la première solution qui est utilisée parce qu’elle a l’avantage de créer des coupures, des respirations diraient certains, à condition que les élèves en profitent aussi ; mais il pas toujours facile de leur faire comprendre la nécessité d’écrire le plan en même temps que le professeur l’écrit au tableau ( à l’usage, beaucoup d’élèves sont gênés par le professeur qui a repris son cours et qui reste devant le tableau….parce qu’eux sont en train de copier le titre de la partie en décalage… parce qu’ils ont fait autre chose que copier le plan, en même temps que le professeur l’écrivait au tableau…). Ensuite, le professeur organise son cours autour de notions et autres concepts, qu’il veut transmettre ( même si certains l‘ont oublié, un professeur doit encore de nos jours transmettre des connaissances). Ce sont les points forts du cours et ils apparaissent clairement (sinon le cours est mauvais et la copie…est à revoir !). Ils formeront ainsi la charpente des notes prises. Le reste du cours n’est en fin de compte qu’un lien qui amène ces points importants. Attention, les documents utilisés sont partie prenante du cours et ils doivent être annotés, étudiés : un document peut souvent remplacer un long discours… Là aussi ce sont les points forts qui doivent être mis en exergue, car le document reste concrètement et personnellement à votre disposition et même si les notes sont rapidement prises à son sujet (le plus souvent directement sur le document), cela ne constitue qu’un moindre mal, car il sera toujours aisé d’y revenir et de les compléter en tentant de retrouver le fil conducteur de l’analyse faite en cours par le professeur.

Je dois me donner toutes les chances de bien prendre mes notes

Le matériel doit être à portée de main, j’ai le temps de me préparer (inutile d’arriver en retard ou être le toyotiste de service du juste à temps !), mon livre est ouvert sur ma table, mon cahier ou ma feuille attend devant moi. Le calme est nécessaire. Il faut donc éviter de se retrouver au milieu des commentateurs du « hors sujet » qui ne suivraient qu’épisodiquement le cours. Nous savons tous les repérer dès les premières heures de l’année.

Je dois suivre quelques règles simples

D’abord écrire en décalage, en différé, ce que dit le professeur. L’élève « idéal » est celui qui me regarde puis régulièrement penche la tête sur sa feuille et écrit ce qu’il vient de retenir, montrant ainsi qu’il a su dégager les informations pertinentes, c’est à dire l’essentiel. En Lycée, il est d’usage de se répéter, de dire de manière différente les connaissances importantes du cours. Cela décourage ceux qui veulent écrire sous la dictée et cela oblige les élèves à réfléchir à ce qu’ils doivent noter.

Ensuite il faut apprendre à écrire vite ce qui ne va pas sans poser des problèmes à ceux qui ont appris à écrire comme des contorsionnistes qu’ils soient droitier ou gaucher. Il faut absolument être vigilant sur la bonne tenue du stylo dans les petites classes et ne pas laisser, au nom d’une inutile liberté, l’élève tenir comme il veut son outil de scribe : cette démagogie fait des ravages dans les classes futures et la bonne tenue du stylo, avec un poignet et des doigts non contorsionnés, est gage de prise rapide et durant plus longtemps, des notes durant le cours.

Il faut aussi obligatoirement utiliser divers procédés d’abréviations. Ils sont nombreux mais le type syntaxique, visant à sauter des mots ou à en réduire certains, ( ex. : les 1 st + svt là et cela pose pmes / les uns sont plus souvent là et cela pose des problèmes ) est le plus facile. Vous devez donc utiliser différents signes ( ↓ = baisse / ≠  = différent / ; ♂ = homme …) et ne pas hésiter à omettre des lettres à l’intérieur des mots (tt = tout / tjrs = toujours / quelque chose = qqch …). Vous serez ainsi amener constituer votre propre « bibliothèque » d’abréviations et vous devrez vous obliger à utiliser toujours les mêmes abréviations. [ je tiens à votre disposition une fiche–type d’abréviations : me la demander en cours]

Enfin, il faut savoir bien présenter son cours. Il faut savoir aérer sa prise de notes, aller à la ligne, décaler ses débuts de ligne pour bien faire apparaître les différentes parties et sous-parties du plan du cours. Ainsi, les blancs dans la prise de notes correspondent à des espaces permettant de mieux mettre en valeur les notes prises.

Je dois relire mes notes et apporter ma touche finale.

Relire c’est comprendre, c’est compléter, c’est améliorer la présentation. Vérifier que tout est clair, annoter une partie dans la marge, aller aux références données comme celles de pages d’un livre pour contrôler leur justesse. Ne pas hésiter à compléter son cours si nécessaire avec d’autres références ou informations tirées de l’actualité (cas habituel en géographie par exemple).

Attention : il est bien entendu que d’une part, la prise notes est personnelle et que d’autre part, elle ne doit jamais être utilisée lors d’un devoir.

Si ces quelques lignes vous ont permis de comprendre les enjeux de base de la prise notes, je serai satisfait. Si mon propos ne fait que conforter vos méthodes de prise d’un cours, tant mieux ! Et si par malheur, vous ne comprenez toujours pas tout l’intérêt de prendre des notes, vous avez le droit de relire une nouvelle fois cette fiche-méthode…

 

J. Rousselot, 11-2002 – 09-2005