COURS TES1 PARTIE 1
Accueil ESPACE CROQUIS TES1

 

Avertissement : le cours que vous allez découvrir ci-dessous est le résumé du cours proposé aux élèves de TES1 du Lycée Nord Bassin d'Andernos-les bains. Il n'est pas exhaustif et correspond à mes habitudes pédagogiques, et bien sûr au type d'élèves propre aux rivages du Bassin d'Arcachon... Il permet à mes élèves de corriger certaines erreurs, de vérifier les références des doc. et surtout de les rassurer. Il succède à mon cours et ne peut que le compléter sans le remplacer. Comme toujours ce travail personnel a pour objectif de mutualiser des ressources et des pratiques, d'apporter ma contribution pour une éducation nationale plus ouverte, plus dynamique et plus sûre d'elle. Contactez moi pour me faire part de vos commentaires positifs ou pas... Dans la barre de navigation vous pourrez bientôt aussi découvrir les corrigés de cartes à partir des meilleurs croquis rendus par les élèves. Ils sont tous originaux.

 

SOMMAIRE

MAP1HIT + QCM SGM

H1

H2 

H3

 

 

 

PROGRESSION TES1 – 2008-2009 – LYCEE NORD BASSIN

Professeur : J. ROUSSELOT

 

 

Histoire - Introduction – Le Monde en 1945 (3 heures)

Histoire – De la société industrielle à la société de communication (4 heures)

Histoire – Les grands modèles idéologiques et la confrontation Est/Ouest de 1945 aux années 70 (4 heures)

Histoire – Le nouvel ordre mondial depuis les années 70 (6 heures)

Géographie - Les grandes aires de puissance dans le Monde : l’Amérique du Nord (10 heures)

Géographie - Les grandes aires de puissance dans le Monde : l’Asie orientale (8 heures)

Histoire – Le Tiers Monde : indépendances, contestation de l’ordre mondial, diversification (4 heures)

Histoire – L’Europe de l’Ouest en reconstruction jusqu’à la fin des années 80 (3 heures)

Histoire – Le temps des démocraties populaires : 1948-1989 (5 heures)

Histoire – Les enjeux européens depuis 1989 (3 heures)

Géographie – L’Union européenne (7 heures)

Histoire – La France de 1945 à nos jours (12 heures)

Géographie – Des Mondes en quête de développement : unité et diversité du Sud (8 heures)

Géographie – Des Mondes en quête de développement : une interface Nord –Sud : l’espace méditerranéen (4 heures)

Géographie – Des Mondes en quête de développement : un état en recomposition, la Russie (4 heures)

Géographie - Un espace mondialisé (10 heures)

 

D’après le BOEN, hors série n°7, octobre 2002.

 

 

 

 

 

MISE AU POINT N°1 - HISTOIRE

 Livre de support : collection J. Marseille – Nathan 2004

LE MONDE EN 1945

 

 

Rappel des grands problèmes durant la guerre

Test avec QCM

Pb : qu’est-ce qui a changé ? Pourquoi peut-on dire qu’un monde nouveau naît en 1945 ?

 

1. Un bilan économique et humain catastrophique

a. L’hécatombe démographique

Les pertes humaines : doc.2 p28 et Q2 p29

            Au moins 50 millions de victimes, 5 fois plus qu’en 1914.

            Plusieurs pays ont perdu plus de 10 % de leur population

            Les pertes civiles sont très importantes

Les structures démographiques sont fragilisées

            Trop de mortalité

            Peu de natalité

            Déséquilibre des sexes

De nombreuses populations ont été déplacées : cas des Japonais et des Allemands en particulier : voir carte pp22-23

b. De nombreuses destructions et leurs effets immédiats

Photo de Dresde p24 et extrait du livre p24

Des conséquences financières qui s’ajoutent au coût même de la guerre : dette publique (voir déf. p24) x3 en France, x10 en Allemagne

Les populations sont toujours rationnées même la guerre finie et l’inflation (déf. p24) rende très difficile la vie de tous les jours en particulier en Allemagne.

c. Le traumatisme moral

L’épuration et ses excès : doc.5 p29

Les méthodes de guerre : torture, massacres, expériences médicales sur les prisonniers (ex. dans les camps japonais)

La bombe atomique : un crime contre l’ humanité ? Voir doc.4 p29 et contexte doc.4 p33.

L’horreur du génocide (déf. p 24), la Shoah voir p28. Tribunal de Nuremberg (20 nov. 1945, 30 sept. 1946) puis Tribunal de Tokyo jusqu’en 1948.

 

2. De nouveaux équilibres géopolitiques qui montrent leurs limites.

a. Les changements de frontières

Ex. de l’Europe pp23-23

Les annexions : ex. de l’URSS et de la Pologne

Les occupations militaires : ex. de l’Allemagne et de l’Autriche – cas de Berlin et de Vienne – voir doc.2 p37

L’exemple de l’Asie : un difficile retour des Européens et un expansionnisme soviétique et américain.

b. Un Monde devenu bipolaire

Le déclin de l’Europe est bien réel. Déjà entamé avec la 1GM, accentué avec la 2GM.

            Le principal vaincu est l’Allemagne, pays majeur en Europe

            Les destructions touchent surtout l’Europe (voir 1a)

            Les revendications coloniales contre l’Europe s’accélèrent (carte p21)

Le poids des deux grands vainqueurs.

EUA. Une puissance militaire et économique, une volonté d’intervenir (le contraire de la 1GM) et volonté de diffuser et d’imposer ses idées (démocratie représentative et libre-échange)

URSS. Une puissance en devenir, une puissance militaire et une puissance politique qui peut profiter du mouvement communiste mondial.

c. De l’alliance à la méfiance.

Rappel des conférences.

Documents pp 32-33

Discours « le rideau de fer » p37

 

3. Un Monde à reconstruire

a. Eviter une nouvelle grande dépression

Gage de stabilité : ne pas jeter les populations vers les extrêmes ; lutter contre le protectionnisme.

Accords de Bretton Woods. 22 juillet 1944, 45 pays. Mise en place d’un système monétaire avec le $ en parité avec l’or. Sérieux monétaire des 45 premiers signataires.

Le rôle incontournable des Américains.

            Doc.1a p30 : leur PNB augmente de 50% durant la guerre

            Doc.1b p30 : ils détiennent 2/3 du stock mondial d’or

Une nécessité : risques d’anarchie (doc.2 p30) et risque de domination soviétique en Europe (doc.3b p30)

b. L’ONU

Sa naissance

            Evoquée dans la Charte de l’Atlantique de 1941

            Préparée lors de la conférence de Dumbarton Oaks de 1944

            Décidée à Yalta en février 1945

            Fondée le 26 juin 1945 à San Francisco

Son fonctionnement : doc.4 p39

            L’Assemblée Générale : 1 Etat = une voix

            Le Conseil de sécurité : droit de veto pour les vainqueurs

            Un secrétaire général : sous influence des EUA pour des pays du 1/3 Monde

Son action

            Suivant les grands principes de la déclaration des Droits de l’Homme (1948)

            Pour la paix : Cour Internationale de justice

            Pour le développement : conseil économique et social

            Pour mieux se connaître : UNESCO (voir déf. p25)

 

Conclusion

Entre espoir et réalité.

Un Monde nouveau qui devient rapidement bipolaire.

 

JR 09/08

           

 

Pour aller plus loin :

Des documentaires sur les bombardements de Dresde de 1945

http://www.arte-tv.com/fr/histoire-societe/archives/dresde/780342,CmC=758228.html

Une sélection de site sur le 2GM par l’institut Goethe.

http://www.goethe.de/kug/ges/ztg/dos/dos/60j/lks/frindex.htm

Une série de photos sur Hiroshima

http://www.lclark.edu/~history/HIROSHIMA/

Le site en français de l’ONU : http://www.un.org/french/

 

 

 

 

 

 

 

 

Testez-vous - fin du programme de première...

 

 

1. Quel est l'objectif d'Hitler à travers la Bataille de l'Atlantique?

p Isoler les États-Unis

p Protéger l'Europe

p Asphyxier les Britanniques

p Combattre contre les Américains

 

2. Quelle est l'ambition de la Charte de l'Atlantique signée par Churchill et Roosevelt en août 1941 ?

p Une aide militaire pour les Soviétiques

p Un partage de zones d'influence

p Préparer l'après guerre

p Fixer le débarquement des troupes alliées

 

3. Que représente la bataille de Stalingrad dans la seconde guerre mondiale ?

p Une victoire pour la Werhmacht

p Un échec des forces alliées

p Le début de la reconquête du territoire soviétique

p La fin de la guerre à l'Est

 

4. Par quoi commence la seconde bataille de France ?

p Par un débarquement en Afrique du Nord

p Par l'opération Overlord

p Par le débarquement des troupes en Provence

p Par la chute du régime de Vichy

 

5. Que signifiait STO pendant la guerre

p Le recrutement d'ouvriers dans les usines françaises

p La construction du mur de l'Atlantique

p Un départ vers l'Allemagne pour y travailler

p La collaboration avec le régime de Vichy

 

6. Donner un exemple de résistance passive.

p Faire du renseignement pour les Alliés

p Aider les Juifs

p Rejoindre Londres

p Prendre le Maquis

 

7. Où trouvaient-on les S.S. tête de mort ?

p En première ligne sur le front russe

p Auprès de la Gestapo

p Dans les camps

p Pour la protection d'Hitler

 

8. A partir de quelle date le régime nazi ouvre-t-il des camps de concentration ?

p 1933 p 1938

p 1940 p 1942

 

9. En janvier 1942, qu'est-il décidé lors de la conférence secrète de Wansee ?

p D'empêcher les Juifs d'émigrer

p D'enfermer les Juifs dans des Ghettos

p De déporter tous les Juifs vers des camps d'extermination

p D'emprisonner les Juifs dans des Camps de concentration

 

10. Pourquoi la troisième république française prend-elle fin ?

p En raison de la défaite de la France

p Par le vote des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain

p En raison de l'occupation de la France

p En raison de la démission du gouvernement Reynaud

 

11. Comme se nomme le programme de gouvernement de Pétain ?

p Le redressement français

p La révolution nationale

p La renouveau français

p Le sursaut national

 

12. Quand commence officiellement la collaboration entre Vichy et le IIIème Reich?

p En juillet 1940

p En octobre 1940

p En mai 1941

p En novembre 1942

 

13. Que représente pour la France le retour de Laval comme président du Conseil en Novembre 1942 ?

p Un assouplissement de la collaboration

p Une collaboration ouverte et totale avec le Reich

p Une collaboration essentiellement économique

p Une collaboration seulement idéologique

 

14. A partir de quand peut-on considérer le régime de Vichy comme un régime raciste?

p Dès octobre 1940

p Après mars 1941

p A compter de juillet 1942

p Seulement en 1944

 

15. Que fonde Jean Moulin en mars 1943 ?

p Le mouvement Combat

p Le mouvement Libération

p Le Conseil National de la Résistance

p Les F.F.I.

 

16. Le nombre de morts estimé lors de la Seconde guerre mondiale est de (en millions) :

p 20

p 30

p 50

p 70

 

17. Quels étaient les trois participants à la conférence qui s'est tenue à Yalta en février 1945 ?

p De Gaulle, Roosevelt et Staline

p Truman, Churchill et Staline

p Roosevelt, Churchill et Staline

p Roosevelt, De Gaulle et Churchill

 

 

 

 

 

CHAPITRE 1 – HISTOIRE TES1 Cours de J. ROUSSELOT

Le cours s’appuie sur le livre d’ Histoire Terminale, Coll. J. Marseille, Ed. Nathan - 2004

 

Le monde de 1945 à nos jours :

De la société industrielle à la société de

 communication

 

Introduction

A partir de 1945, croissance économique mondiale mais inégale.

Dans les années 70, certains pays connaissent une crise de quelques années pour certains, qui s’éternisent pour d’autres.

Pb : Les transformations du Monde sont profondes. Suivant quel processus ? Avec quels effets ?

 

I. La croissance économique mondiale : les « Trente glorieuses ».

A. La reconstruction (rappel MAP 1 3a)

1. Le rôle de l’ONU et des EUA

Les discussions pour développer le libre-échange : les GATT, voir doc.5 p.31

Le rôle de l’aide américaine : le plan Marshall - voir déf. p.43 et le lexique p.380

2. Le facteur humain et les changements sociaux

Le baby boom : déf. p.43 et lexique p.376

Le changement du rôle des Etats : le rapport Beveridge et la notion d’Etat-providence – voir déf. p.43 et lexique p.378.

B. Les aspects de la croissance

1. La création de richesses

Voir doc. pp 50 et 51

Forte croissance du PIB : doc.1b p.50 et extrait du livre p.42

Une croissance partagée.

2. Les mutations sectorielles

Voir doc.2 p.50

Essor du tertiaire, les « cols blancs »

Renforcement des classes moyennes

Stagnation du nombre des ouvriers : OS (voir déf.p.44) et essoufflement du Fordisme (déf. lexique et photo p.45)

Diminution du nombre des paysans

C. Les atouts de la société de consommation

1. Une « génération bénie »

Voir doc.3 p.51

2. Un meilleur confort

Au foyer : 95% des logements ont une SDE ou SDB en 1995 contre 5% en 1946

Grâce au développement des commerces : doc. p.42

Avec l’essor des technologies : extrait p.42

 

II Le tournant des années 70 : crise ou dépression ?

A. Une crise inattendue

1. Les critiques de la croissance inéluctable

Les tenants de la croissance zéro (le club de Rome)

La croissance crée des exclus : appel de l’Abbé Pierre, voir doc.3 p.36

2. Des causes complexes

Extrait distribué en cours.

« Il est possible de dégager trois types de causes, qui associées, expliquent la crise économique qui touche les Pays Développés d’Economie de Marché. L’explication la plus souvent donnée est celle des deux chocs pétroliers qui déstabilisent gravement les économies. D’abord celui de 1973, en relation avec la guerre du Kippour où le prix du baril de pétrole est multiplié par 4. Puis le choc pétrolier de 1979 à la suite de la révolution islamique iranienne avec un prix du baril qui double en quelques mois. Ce deuxième choc fut plus grave car touchant des économies déjà fragilisées qui commençaient à peine à se rétablir du premier choc de 1973. Le déséquilibre monétaire du début des années soixante dix est souvent minoré alors qu’il apparaît clairement comme une autre cause fondamentale de la crise. En effet, dans un discours, le 15 août 1971, le président des EUA R. Nixon annonce la fin du système de Bretton Woods, accord monétaire signé en 1944, qui donnait au Dollar US le rôle de monnaie-étalon et avait ainsi constitué le socle d’une multiplication des échanges, fondement de trente années de croissance. Enfin, d’autres causes, moins importantes, peuvent expliquer cette crise. Des causes d’abord conjoncturelles comme une remise en cause du fordisme qui avait accompagné l’industrialisation, mais aussi avec l’arrivée sur le marché mondial de nouveaux producteurs en Asie orientale, concurrençant les vieux pays industrialisés. Des causes structurelles peuvent expliquer partiellement la crise notamment le vieillissement des populations occidentales avec une baisse de la consommation ou sa moindre augmentation. Le passage à la troisième révolution industrielle, difficile pour certains pays, peut constituer un dernier élément d’explication. » JR 09/04-09/08

3. Les premiers effets : la stagflation

Jusqu’au début des années 80 :

- Forte progression du chômage : doc.2 p.52 et doc.3 p.53

- Une inflation importante

- Importantes reconversion des industries traditionnelles : voir doc. 5 p.53

- La croissance ralentit voir s’arrête quelques années comme dans certains pays européens.

B. Solutions et évolutions

1. Des politiques souvent inefficaces

- Les politiques de relance : influence keynésienne.

Renforcer la demande pour favoriser la reprise économique. Déficit de l’état pour donner de la consommation. Problème de trop de déficit, dévaluations et contraintes extérieures. Exemple : gouvernement de P. Mauroy en France de 1981 à 1984.

- Les politiques de rigueur : influence des « monétaristes » comme M. Friedman.

Le poids des prélèvements nuit à la rentabilité du capital, donc à l’investissement. Problème car remise en cause de l’Etat-Providence : doc.1 p.55. Exemple : gouvernement de R. Reagan de 1981 à 1989 (voir doc.2 p.65)

2. Des situations très diverses

Des pays ne sont pas du tout concernés par la crise : Japon et les 4 dragons

D’autres sont déstabilisés et changent de voie politique : l’URSS

L’Afrique subsaharienne est dramatiquement touchée

La reprise économique est effective dès le milieu des années 80 aux EUA et la croissance est forte dans les années 90 entraînant de nombreux pays notamment européens de leur sillage.

Donc la croissance existe bien si l’analyse porte sur les trente dernières années et en considérant une moyenne mondiale.

Ainsi peut-on parler d’une croissance dépressive.

 

III Les transformations sociales et culturelles

A. L’essor des migrations

1. Les migrations internationales

- Les causes.

Le développement des moyens de transport en particulier aérien

Les inégalités de développement

La recherche d’un travail

Les conditions politiques comme les risques de guerre

- Combien ? 150 millions de personnes résident hors de leur pays dont 1/3 pour le travail, 1/3 pur raisons familiales et 1/3 en tant que réfugiés.

- Les pôles d’accueil sont les pays riches en général : d’Amérique du Nord, d’Europe occidentale, d’Asie orientale et les monarchies pétrolières du Golfe.

2. Les migrations inter-régionales

Départ des régions sinistrées par la crise économique (les pays noirs en particulier)

Attrait des :

- régions dynamiques économiquement (3ème révolution industrielle)

- régions « du soleil »

- régions littorales

3. L’attrait constant de la ville

Presque un humain sur 2 vit en ville. L’exode rural est terminé dans les PDEM mais il y a migration des petites vers les grandes villes surtout quand elles appartiennent à des régions attractives (voir précédemment). Le croît naturel permet aussi aux villes de croître.

La ville reste le lieu qui concentre le pouvoir, l’intelligence et les services.

La ville se transforme, s’étend, se scinde en différentes unités.

Dans les pays du TM, c’est l’explosion urbaine avec tous les aléas et problèmes que cela pose.

B. La troisième révolution industrielle ou révolution technologique et ses conséquences.

1. Les technologies au quotidien dans la société post-industrielle

Pour la communication : voir pp 60-61-68-69

Pour le confort : doc1b p.66

L’espace est devant nous : p.41

2. De meilleures conditions de vie

Un travail dans les services et pour une moins longue durée

On vit plus longtemps, ce qui a un coût (3b p.54) et cela pose des problèmes (doc5 p.55).

On peut profiter de temps libre : développement des sports, des loisirs, du tourisme…

3. Mais tous n’en profitent pas…

Quand la ville n’attire pas : le malaise des banlieues par exemple – doc.4b p.57

Les tourments du chômage et ses solutions sociales : doc.2 p.52

La pauvreté a changé : doc.1 p.56 ; p.57 et p.47, l’exemple des SDF

C. Le « village planétaire » de Mac Luhan (1962)

1. La multiplication des communications

Les moyens : télévision par satellite, le portable ( doc3 p.58), Internet (doc.5 p.59)

Le contenu : films, infos, modes, nourriture…

Tout a accéléré à partir des années 60.

2. Un Monde unique ?

Métissage des cultures avec une forte influence des EUA

Des symboles forts d’une sorte de « culture monde » avec ses bons et moins bons cotés : pizza, burger, une boisson pétillante de couleur foncée…voir doc.5 p.69

 

Conclusion

50 ans de croissance dont 20 au ralenti.

Des changements radicaux.

Des problèmes résolus, des problèmes à venir…

JR 09/08

 

 

Et pour aller plus loin :

La notion d'Etat-providence

http://www.vie-publique.fr/decouverte_instit/finances/finances_3_1_0_q2.htm

La fondation de l'abbé Pierre

http://www.emmaus-france.org/

 

 

 

 

 

CHAPITRE 2 – HISTOIRE TES1 – 

Cours de J. ROUSSELOT

Le cours s’appuie sur le livre d’ Histoire Terminale, Coll. J. Marseille, Ed. Nathan - 2004

 

Les grands modèles idéologiques et la confrontation est/ouest jusqu’aux annéés 70

 

Introduction

Un modèle. Ce sont des mythes fondateurs, c’est un système de valeurs et de normes. Ce sont des pratiques culturelles, des rapports Etat/société civile. C’est une organisation socio-économique. C’est …un modèle à suivre.

Deux modèles ici : l’un Soviétique, l’autre Américain, qui vont s’opposer dans le cadre d’un conflit qui naît dès la fin de la seconde guerre mondiale : la guerre froide (voir déf. p78)

Pb : L’opposition entre les deux modèles débouche sur une bipolarisation du Monde. Quels en sont les fondements, dans quel but, avec quels moyens ?

 

I. Deux modèle antagonistes

A. Le modèle soviétique : le progrès à tout prix.

1. L’approche stalinienne du modèle

L’URSS profite des lauriers de la victoire.

- le symbole du drapeau rouge flottant à Berlin le 2 mai 1945.

- Un espoir pour les peuples : extrait 1 p77

- l’URSS garante de la paix : allégorie 1 p86

Un régime totalitaire fondé sur un parti unique, le PCUS,qui n’admet pas de contestation : doc2 p86 et extraits du doc5 p87

Un régime qui met au premier rang le culte de son chef, le camarade Staline, comme lors de son 70ème anniversaire : photo p77 et extraits de sa biographie p77

Des avantages, si on appartient à la nomenklatura (bureaucratie du parti, déf. p76) mais des inconvénients sinon avec les risques de « goulag » (déf. p76)

2. Rupture et continuité après 1953

« Sa mort permet le dégel des relations internationales » extrait de la biographie de Staline p77 (voir point 2).

Déstalinisation : rôle de Nikita Khrouchtchev, premier secrétaire du PCUS de 1953 à 1964 : photo p71 et doc1 p80.

Il symbolise le dégel et la libéralisation du régime. Mais il est démis de sa fonction par les entremises de la Nomenklatura qui place un des siens à la tête de l’URSS, L. Brejnev qui renoue avec certaines « traditions » staliniennes.

3. Un modèle comme exemple avec ses limites

Pour les PC de l’Europe de l’Ouest : doc. 1,2,3 p87

Pour l’Asie avec la naissance de la RPC : voir Biographie de Mao p78. Mais rupture officielle en 1960 pour montrer son désaccord avec la politique de déstalinisation.

B. Le modèle américain : des valeurs à défendre.

1. Le socle du modèle américain

Extraits de « S. De Beauvoir » : doc.4 p85

Quatre piliers :

- La liberté, qui rime avec contre-pouvoir comme l’est la presse en démocratie: doc p76

- Le poids du pouvoir judiciaire : l’image du « judge » qui parcourt le far west pour faire appliquer la loi.

- L’importance de la religion : une manière de vivre avec des jalons et des règles

- Le respect de la libre-entreprise : liberté de produire et de s’enrichir ; ignorance de l’échec et adoration de la réussite.

2. Mythes et modernité.

Trouver toujours de nouveaux horizons. C’est le mythe de la frontière qui s’éteint en 1890 avec la fin de la conquête de l’ouest et qui renaît avec les ambitions du président Kennedy qui lance son programme de la « nouvelle frontière » : voir Biographie de Kennedy p81.

« L’american way of life » qui s’appuie sur l’abondance des biens dans le pays le plus riche au Monde (voir statistiques p84). Une image « véhiculée » (voir doc3 p84). Un mélange d’impérialisme et de confort.

3. Le temps des remises en question.

Durant les années 60 en particulier.

Conséquences de la naissance d’un autre modèle occidental avec la création le 25 mars 1957 de la CEE (voir chapitre ultérieur)

Contestation internes avec notamment le problème des Noirs qui revendiquent une deuxième libération : rôle de M. Luther King (doc5 p85). Voir le film « Mississippi Burning ». Emeutes raciales, JO de Mexico…

 

II Les rigueurs de la guerre froide

A. L’année 1947

1. Les signes de la méfiance

Voir MAPH1.2c

Doc1 p37

Cas du découpage de l’Allemagne : en quatre zones, voir p79

2. L’action des Américains

12 mars 1947 : Truman annonce sa volonté de soutenir « les peuples libres ». C’est la politique étrangère ou doctrine du containment (déf p78), la doctrine du président Truman.

Il faut contenir l’expansion communiste en Europe mais aussi partout dans le monde.

Comment ? En finançant d’abord la reconstruction : le 5 juin 1947, le Général Marshall fait un discours à Harvard – voir doc. p99.

3. La réponse des Soviétiques

Nouvelle préoccupation ; l’impression d’être encerclés – doc4 p101

Affirmation de leur implantation en Europe orientale avec la création des « démocraties populaires » : déf. p118 ; le modèle stalinien (voir H2IA) est appliqué en Pologne, Hongrie, Roumanie et Bulgarie ; mais les Soviétiques échouent dans leurs velléités de l’appliquer en Grèce et Turquie.

C’est la doctrine Jdanov : doc3 p100. En septembre 1947, un bureau de liaison commun à 9 PC d’Europe de l’Est est créé. Pour Jdanov, le Monde est divisé en deux camps.

B. Le paroxysme de la guerre froide

1. La première crise de Berlin

Berlin est une ville située au cœur de la zone d’occupation soviétique et elle est divisée en quatre zones d’occupation (voir doc1 p102)

Changement de la position des Soviétiques suite à l’unification monétaire des trois zones alliées à l’Ouest : voir les étapes du blocus doc. 2 p102.

Les Alliés répondent par un gigantesque pont aérien.

Fin du blocus le 12 mai 1949 ; c’est un échec pour Staline

Conséquences : deux Allemagne naissent en 1949. A l’Ouest, la RFA avec K. Adenauer à sa tête, le premier chancelier de l’Allemagne fédérale. A l’est, la RDA, sous influence soviétique avec une application rapide du modèle stalinien.

2. La Corée : deuxième grand conflit de la guerre froide

Le contexte : un pays coupé en deux en 1945 – p79 – avec deux Etats coréens sous influence – La RPC naît en 1949 ce qui renforce l’URSS dans la région : biographie de Mao p78

Le 25 juin 1950, attaque nord coréenne soutenue par ses alliés communistes soviétiques et chinois.

Réponse des Américains sous couvert de l’article 1 de l’ONU – doc2 p38

C’est un vrai conflit : voir les trois étapes carte p79

Bilan : une « paix blanche » avec l’armistice signé en 1953

3. Les blocs se structurent et s’organisent

Les alliances entre les EUA et le reste du Monde : voir planisphère – OTA N, Pacte de Bagdad, OTASE, ANZUS.

Le renforcement du bloc soviétique : CAEM en 1949 et Pacte de Varsovie en 1955

Les deux blocs se radicalisent avec le Mac Carthysme, violente campagne anticommuniste aux EUA et avec la manipulation des intellectuels européens à travers l’appel de Stockholm en pleine guerre de Corée dans le but de culpabiliser les Américains – voir p90

C. La coexistence pacifique

1. Les conséquences de la déstalinisation sur les relations internationales

-Déf. p80 – aller sur le terrain économique…

Constat de R. Aron : « paix impossible, guerre improbable »

Un équilibre militarisé fondé sur la théorie de la riposte graduée.

2. De nouvelles relations soviéto-américaines

Visite officielle de Khrouchtchev aux EUA en 1959

Rencontres régulières entre Américains et Soviétiques

Ils s’accordent sur un statu quo des Blocs et sont responsable de leur fonctionnement interne : ex. Budapest, 1956 – doc.pp 98 et 249 ; ex. la crise de Suez (causes, faits et conséquences)

3. Ce qui n’empêche ni le « Mur », ni « Cuba »

BERLIN

La position des Soviétiques concernant Berlin : doc.3a p102. Ils souhaitent une « ville libre » avec des « élections libres » mais le souvenir de 1945 concernant les promesses pour l’Europe de l’est ne convainc pas les Occidentaux…

Les Soviétiques proposent alors de « fermer à coup sûr la route aux activités subversives » avec « des mesures de sauvegarde et de contrôle » : doc3b p102

Les Occidentaux sont alors enfermés par un mur, « de la honte, un vrai rideau de fer », que les Soviétiques appellent des « mesures adéquates » : doc.3 p103.

Les Américains condamnent et Berlin devient le symbole du Monde libre : « Ich bin ein Berliner » - doc.5 p103

CUBA

Rappel des conditions politiques de Cuba de 1898 à 1959.

Nouveau contexte : voir biographie de F. Castro p81. Il n’accepte pas le « diktat » américain et se rapproche des Soviétiques.

En échange de leur soutien, les Soviétiques installent à Cuba des infrastructures permettant le tir de missiles nucléaires contre le sol américain : carte p81.

Les Américains répondent par un blocus maritime sur l’île de Cuba et le Président Kennedy reste très ferme – doc1 p92. La sur-enchère soviétique échoue – doc. 2 p92 - et le 28 octobre, Khrouchtchev accepte de retirer les missiles.

Le risque de troisième guerre mondiale a été très proche comme le rappelle le projet très clair de F. Castro – doc5 p93 – révélé seulement dans les années 90.

 

III Les espoirs de la détente (1963 – 1975)

A. L’équilibre de la terreur

1. Les leçons de Cuba

Une troisième guerre mondiale a été évitée. Il faut trouver de nouveaux moyens pour mieux prévenir ce type de risque.

Ligne directe Maison Blanche/Kremlin

Discussions sur la limitation des essais nucléaires.

Limitation des armements : accords SALT1 – doc.5 p91

Mais les blocs restent toujours respectés : Prague 1968 ; les dictatures d’Amérique latine…

2. La persistance de conflits périphériques

Le VIET NAM 1965 - 1973

Un suite de la guerre d’Indochine (voir MAPH2)

Les raisons : doc.2 p88

La détermination des dirigeants vietnamiens : doc.4 p89

Deux armées représentant les deux blocs, une guerre totale, médiatique et politique.

Les Américains se retirent en 1973 et deux ans plus tard toute la péninsule indochinoise devient communiste.

Le PROCHE ORIENT

Voir plan détaillé remis en cours et doc. pp 83, 118 et 119.

B. L’apaisement : l’apogée de la détente.

1. Les rencontres « au sommet »

Nixon à Moscou puis à Pékin

Discussions entre Européens

« Ost Politik » de Willy Brandt – déf. p82 et photo p83 – qui débouche sur une reconnaissance mutuelle des deux Allemagne et leur adhésion à l’ONU en 1973.

2. L’acte final de la conférence d’Helsinki

doc.2 p99

35 pays européens décident de coopérer d’une manière pacifique et reconnaissance les frontières héritées de la seconde guerre mondiale.

 

Conclusion

30 ans de guerre froide avec tous les aspects possibles qu’elle peut avoir. Mais elle n’est pas encore terminée.

Durant cette période, un Troisième Monde naît et connaît des changements à la fois liés à cette guerre froide et parfois indépendant de la rivalité entre les deux Blocs.

 

JR 10/08

 

 

Pour aller plus loin

Sur la nationalisation du Canal de Suez à l'origine de la crise : http://www.herodote.net/histoire07260.htm

Sur l'insurrection hongroise de 1956 : http://www.herodote.net/histoire10221.htm

Pour se souvenir du Mur : http://www.wall-berlin.org/ciel.htm

Avec une visite virtuelle d'une expo. : http://www.wall-berlin.org/expo3.htm

Si vous voulez mieux comprendre la crise de Cuba : http://www.cubacrisis.net/

 

 

 

 

 

 

MISE AU POINT SUR LE PROCHE ORIENT de 1945 à 1973 – TERM. H2

 

           Le Sionisme est né lors du Congrès Juif de Bâle en 1897. Inspiré de doctrines socialistes, il prévoit l'installation de communautés (Kibboutz) en Palestine en s'appuyant sur l'émigration de Juifs vers "la terre promise". Cette émigration commence à partir du début du XXème siècle. La déclaration de Balfour en 1917, du "droit à l'existence d'un foyer national juif en Palestine" ne fait qu'accélérer ce mouvement. La puissance britannique reçoit un Mandat SDN sur la Palestine et encadre l'installation des Juifs dans la région. Ce n'est qu'à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, sous la pression des Arabes que l'émigration juive en Palestine est stoppée.

Quelles sont les caractéristiques des relations entre Israël et les pays arabes depuis 1945? En quoi présentent-elles une dimension internationale?

 

 

I. Une DÉCISION de l'ONU, à l'origine du conflit.

A. Le nouveau contexte de l'Après guerre

1. L'impact du génocide

Volonté de créer un État pour les Juifs survivants

2. Le rôle de l'ONU

1947: Le Mandat SDN britannique sur la Palestine, est remis à l'ONU. L'Assemblée générale de l'ONU adopte alors un plan de partage de la Palestine en trois régions: à l'ouest, un État juif; à l'est, un État palestinien; une ville internationale, Jérusalem.

B. La création de l'État d'Israël

1. La mise en place de l'État

14 mai 1948: Ben Gourion proclame l'indépendance d'Israël
Naissance d'une Démocratie parlementaire et laïque

Fort contraste avec un environnement régional où dominent les Monarchies Absolues et les dictatures.

2. La réactions des pays arabes

Mobilisation contre le Plan de partage de la Palestine

Rôle de la Ligue arabe fondée en 1945

Début de la première guerre avec Israël (1948.1949)

C. L'affirmation de l'État d'Israël

1. Par une victoire sur les agresseurs arabes

Les Israéliens gagnent facilement cette première guerre grâce à leur supériorité aérienne (anciens pilotes des forces alliés et bon matériel)

Ils annexent la Transjordanie ce qui bloque toute création d'un État palestinien et provoque le début d'une émigration palestinienne vers les pays arabes. Cette diaspora se structure en 1964, avec la création de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP), soutenue par les monarchies arabes et dont l'objectif annoncé est la destruction de l'État d'Israël.

2. Par la reprise de l'émigration juive vers la terre promise

Favorisée par le vote de la Loi du Retour en 1950: droit à tout Juif de vivre en Israël

Deux types d'immigrants: Les Ashkénazes, venus d'Europe orientale, et les Séfarades originaires de Méditerranée et des pays arabes

 

II. Des affrontements israélo-arabes dans la logique de la guerre froide

A.  1956: la crise de Suez

1. Israël attaque l'Égypte

Campagne de Sinaï, décidée en accord avec les Français et les Anglais qui n'acceptent pas la nationalisation du Canal de Suez décidé par le Colonel Nasser

Israël occupe rapidement Gaza et le Sinaï

2. Un retrait sous la pression des deux Grands

L'Égypte de Nasser est défaite, mais les EUA et l'URSS font pression sur les Européens.

Le corps expéditionnaire franco-anglais doit se retirer et Israël doit rendre les territoires occupés.

B. 1967: la guerre des six jours

1. La pression arabe

Nasser impose un blocus du port israélien d'Eilat (accès à la mer rouge), avec le soutien de la Jordanie, de la Syrie et de l'URSS

2. La réaction d'Israël

Guerre préventive de type "éclair" menée par Israël, qui écrase en 6 jours les pays arabes et s'empare de nombreux territoires: Jérusalem Est, la Cisjordanie, le Sinaï et Gaza et la moitié du plateau du Golan qui surplombe Damas capitale de la Syrie.

La résolution 242 de l'ONU qui demande un retrait de ces territoires n'est pas appliquée

C. 1973: la guerre du Kippour

1. Une attaque arabe

L'Égypte et la Syrie attaquent en même temps Israël qui contre-attaque, s'approche de Damas au Nord et passe le canal de Suez au Sud.

2. L'arme du Pétrole

L'OPEP utilise alors la menace économique pour contraindre les Occidentaux à faire pression sur Israël .

C'est le premier choc pétrolier.

Israël se retire alors sur ses positions de 1967

JR 10/08

 

 

 

 

 

CHAPITRE 3 – HISTOIRE TES1  – Cours de J. ROUSSELOT

Le cours s’appuie sur le livre d’ Histoire Terminale, Coll. J. Marseille, Ed. Nathan - 2004

A la recherche d’un nouvel ordre mondial

depuis les annees 70                   

 

Introduction

La guerre froide a commencé en 1947 ; elle est passée par plusieurs stades : paroxysme, coexistence pacifique puis détente en particulier pour le continent européen. 1975 est un tournant avec un retour à une guerre froide très tendue, la guerre fraîche, le regel.

Pb : Comment passe-t-on brusquement de la guerre froide à un Monde nouveau ? Suivant quels mécanismes, avec quelles conséquences ?

 

I. Une cogestion soviéto-américaine du Monde qui montre ses limites.

A. L’impérialisme soviétique s’étend

1. Les succès du communisme sous Brejnev

Les Communistes vietnamiens s’emparent de Saïgon en 1975. Le Vietnam est réuni.

L’armée rouge occupe l’Afghanistan en 1979.

L’URSS via Cuba aide à l’installation d’un régime marxiste au Nicaragua : voir déf. du Sandinisme p110.

Partout, l’URSS soutient les mouvements révolutionnaires.

2. Enlisement idéologique et contestation

Problème du renouvellement de la classe dirigeante soviétique avec la mort de trois chefs du PCUS qui disparaissent en 3 ans ; Brejnev meurt en 1982, Andropov en 1984 et Tchernenko en 1985.

Boycott des JO de Moscou pour protester contre l’invasion de l’Afghanistan.

Début des vagues de Boat people en mer de Chine qui fuient les régimes communistes pro-soviétique du Vietnam ou pro-Chinois des Khmers rouges (déf. p379) du Cambodge.

.B. Renoncement puis renouveau de l’Amérique.

1. Le déclin américain est inquiétant

Fin du Dollar étalon-or en  1971 et choc pétrolier accentuent la récession américaine

Scandale du Watergate qui oblige Nixon à démissionner en 1974 : doc. p 110

Faiblesse des présidents américains qui lui succèdent : Ford, puis Carter en 1976.

Un symbole : les Américains sont incapables de faire face à la crise des otages de Téhéran suite à la révolution islamique de 1979 en Iran : doc. 1 p124.

Deuxième choc pétrolier

2. R. Reagan : « America is back ! »

Voir bio. p111.

Il se déclare « combattant » de la liberté contre « l’empire du mal »

Retour à la course aux armements : Pershing II contre SS20 en Europe, c’est la crise des Euromissiles ; IDS lancée par les Américains, une « guerre des étoiles » à laquelle les Soviétiques ont de grandes difficultés pour y répondre.

Intervention des Américains ; contre le gouvernement socialiste de la Grenade en 1983, pour soutenir les Contras au Nicaragua et en bombardant la Libye en 1986.

C. De nouvelles puissance, de nouveaux risques.

1. L’avènement du Japon, deuxième puissance économique mondiale

Pays vaincu et très affaibli en 1945 ; subit l’occupation des Américains

Début années 80, il devient la première puissance financière au Monde.

C’est un vrai concurrent économique des Américains qui imposent des mesures protectionnistes aux produits japonais.

2. La Chine s’éveille

Mao meurt en 1976 et son successeur, Deng Xiao Ping lance le slogan « un pays, deux systèmes ».

La Chine s’ouvre progressivement à partir de 1980 à l’économie de marché.

Elle devient alors une puissance économique, qui s’ajoute à sa puissance militaire et à sa vocation politique d’autre modèle du communisme.

3. De nouveaux conflits régionaux.

A travers trois exemples.

Le Viet Nam Communiste envahi le Cambodge des Khmers rouges (déf. p379) en 1978.

L’Iran répond à l’attaque de l’Irak et entre en guerre en 1980.

Le Liban devient un enjeu entre Syriens, Palestiniens et Israéliens à partir de 1975 et sombre dans une guerre civile.

 

II Apaisement et espoir d’un Monde nouveau

A. Gorbatchev, nouveau premier secrétaire du PCUS.

1. Perestroika et Glasnost

Bio. de Gorbatchev p244 et sa définition de la Perestroika, doc.3 p117.

Une nouvelle conception des relations internationales autour de la notion de relations d’égalité : doc.2 p116

Glasnost, une politique de transparence : déf. p378

L’impact de la tragédie de Tchernobyl n’est pas à négliger dans la compréhension de l’affaiblissement de l’URSS.

2. Le Traité de Washington 

Volonté de Gorbatchev et bonne de disposition de Reagan

Déc. 1987 : 1er traité de désarmement global entre URSS et EUA, fin du problème des Euromissiles et donc des rivalités nucléaires en Europe.

En contrepartie, l’URSS peut espérer l’aide de l’Occident pour ses réformes.

B. La fin d’un Monde              

1. La chute du Mur            

Affaiblissement de l’URSS s’accélère et Gorbatchev a des difficultés pour faire appliquer sa politique. L’USS suspend toute aide militaire extérieure et se retire en de l’Afghanistan : photo p111

Les « démocraties populaires », glacis occidental de l’URSS, profitent des problèmes de l’URSS pour s’engager dans des voies démocratiques. Ouverture progressive des frontières vers l’Ouest, migrations massives d’Allemands vers la RFA via l’Autriche.

Dossier pp234-235 et images pp254-255

9 novembre 1989, le Mur s’effondre.

3 octobre 1989, la nouvelle Allemagne naît.

2. La mort de l’URSS

Une à une les « démocraties populaires » renoncent à la voie socialiste collectiviste et s’ouvre à l’Ouest et modèle de démocratie libérale européen.

Gorbatchev échappe à un coup d’Etat durant l’été 1991 et ne doit son salut qu’au courage et à l’action du Maire de Moscou, B. Eltsine, tout juste converti au libéralisme.

Le 25 décembre, Gorbatchev annonce qu’il démissionne. C’est la fin de l’URSS

Doc. p133

C. Un autre Monde naît.

1. Le remodelage de l’Europe

Progrès de la paix et ouverture de l’UE à l’Est

En même temps, regain des nationalismes en Europe.

Ex. en Yougoslavie : 1991, éclatement de la république fédérative inventée par Tito en 1945 et accroissement dangereux des différents ethno-religieux : doc. pp122-123 avec carte p204 pour localiser.

2. De nombreux conflits régionaux prennent fin.

En Afrique : ex. en Angola et au Mozambique avec la fin de l’aide soviétique

Au Proche et au Moyen Orient : accords de Washington signés en 1993 entre Israéliens et Palestiniens – doc. 4a p121..

 

III Vers un désordre mondial ?

A. Les EUA : première puissance globale de l’histoire

1. Essai de définition        

Quatre domaines clés : doc.1 p136

Extraits du texte p133

2. Le gendarme du Monde            

Doc. 3 p136

La flotte américaine découpe le Monde en « zones » militaires US.

Présence mondiale des bases américaines ou infrastructures militaires.

3. Succès et hésitations

1991 : reprise du Koweit contre l’Irak – Guerre du Golfe avec mission de l’ONU (Article 42) – voir doc1 p134 – première réunion d’après guerre froide des démocraties.

1995 : accords de Dayton – doc.3 p122 – affirmation du rôle de l’Otan.

Mais aussi des hésitations : Rwanda et Tchétchénie – photos pp128 et 191.

B. Le renouveau de l’ONU.

1. Les efforts de l’ONU

Deux types d’actions en faveur de la paix et en application de la Charte : voir carte p134.

Faire face aux nouveaux défis autour des droits fondamentaux de l’être humain : doc4 p135.

Succès au Cambodge en 1994, à Timor en 2002 ou face à la Libye en 2003.

2. Les faiblesses.

Toujours des conflits et de la misère en particulier en Afrique subsaharienne – voir p.132.

Quelle position de l’ONU face au principal bailleur de fond que sont les EUA (participation proportionnelle au PIB) – voir doc.5 p135.

Mais encore des atouts : doc.5 p135.

3. De nouveaux types d’actions

Idée d’un nouvelle gouvernance mondiale – doc.1 p126, idée d’une gouvernance mondiale. Sommet de Johannesbourg de 2002.

Création de la cour pénale internationale en 2002 à La Haye. Idée de lois mondiales : cas de Milosevic. Doc.5 p123 et doc.2 p126.

Un seul Monde quand on parle d’environnement : accords de Kyoto de 1997 – doc.4 p127 – mais protocole difficile à appliquer quand la première puissance mondiale, les EUA, n’a pas encore signé !

 

C. Un Monde devenu instable

1. Le 11 septembre 2001.

8h52, heure locale, une des deux tours jumelles du World Trade Center (WFC) de Manhattan, au cœur de New York Capitale économique mondiale, est frappée par un avion de l’American Air Lines. Cet avion détourné par des membres d’Al Qaida sur ordre d’Oussama Ben Laden (on le saura quelques semaines plus tard) et suivi d’un deuxième avion 15 minutes plus tard qui lui, touche la deuxième tour. Photo p129.

C’est une nouvelle forme de terrorisme mondial, qui touche un symbole de la mondialisation libérale et atteint en plein cœur les EUA. La prise de conscience internationale est rapide comme le montre l’article du Monde du 13 septembre 2001, qui reprend l’expression de Kennedy à Berlin en pleine guerre froide et l’adapte aux conditions présentes : « nous sommes tous des Américains ».

Aucun Etat n’assume la responsabilité des attentats. Et c’est un obscure islamiste combattant en Afghanistan qui revendique à la surprise générale et avec le soutien complice des Talibans au pouvoir, ces attentats au nom du combat contre les infidèles…

C’est bien le passage de l’Islamisme au terrorisme : carte 3 p125 + doc.4 p125.

2. La réponse américaine

C’est la théorie de l’axe du Mal – doc.2 p136 – associé à « America first » et « sécurité d’abord ».

7 octobre 2001. Attaque de l’Afghanistan. 6 décembre 2001, le régime des talibans tombe.

20 mars 2003. Début des frappes américaines contre l’Irak malgré l’opposition de la France qui menace d’utiliser son droit de veto à l’ONU. 9 avril 2003, le régime de Saddam Hussein tombe. Les Alliés sont désunis face à cette guerre : RU, Esp. Et Italie pour ; France et Allemagne, contre.

Pour « une autre voie ? » - Bill Clinton, doc.5 p157.

3. Contestations et interrogations.

Remise en cause de l’hégémonie des EUA – manifestations contre la guerre en Irak – doc.4 p137.

Pour une autre voie économique et sociale ? Concept de « l’altermondialisme », problème d’une nébuleuse confuse qui va des islamistes aux trotskystes en passant par les communistes et les anarchistes avec pour point commun la haine du libéralisme incarné par les Américains.

Multiplication des conflits autour de l’islamisme : Tchetchénie (conflit avec l’armée russe), Cachemire (conflit entre Pakistanais et Indiens), cas de l’Algérie ou du Soudan (Darfour). Guerre du Djihad qui promet à ses combattants le paradis.

Multiplication des guerres tribales et ethniques en Afrique. Liberia, Angola, Côte d’Ivoire, Sierra Leone… Dans les deux Congo. Le génocide rwandais reste non réglé. Ces conflits opposent le plus souvent des armées d’adolescents qui rançonnent, pillent, tuent…Peu ou pas d’interventions des puissances extérieures sauf la France (concept de franc-afrique) comme en Côte d’Ivoire ou au Tchad.

Risque de prolifération nucléaire. Cas de l’Iran : rejet de l’ingérence internationale depuis 2002 visant à contrôler son programme de développement nucléaire.

 

Conclusion

Au tournant des années 80-90, de grands espoirs dans un Monde libéré de son carcans de la guerre froide. La fin du communisme soviétique laissait entrevoir des espoirs d’un Monde nouveau, libre et en paix.

Mais la déception a été grande : de nouveaux risques, un Monde multipolaire, un Monde peut être plus dangereux. Et depuis 2007, une crise financière qui vient récemment de prendre une grand ampleur qui et peut se traduire par une crise économique grave dans les mois à venir. (voir article de C. Dupuy, SOD 12/10/08)

 

JR 10/08

 

Et pour aller plus loin :

 

Le Musée de la CIA : http://www.cia.gov/cia/information/artifacts/index.htm

Un exemple d'action du TPI à propos de la Yougoslavie :

http://www.balkans.eu.org/dossier_milosevic.php3

Des photos du 11 Septembre 2001 : http://www.onze-septembre.com/photo_8.php

A propos du génocide Khmers rouges : http://www.amnestyinternational.be/doc/article1766.html