COURS SEC5
Accueil

 

 

Avertissement : le cours que vous allez découvrir ci-dessous est le résumé du cours proposé aux élèves de SECONDE 5 du Lycée Nord Bassin d'Andernos-les bains à compter de la rentrée de septembre 2008. Il n'est pas exhaustif et correspond à mes habitudes pédagogiques, et bien sûr au type d'élèves propre aux rivages du Bassin d'Arcachon... Comme toujours il a pour objectif de mutualiser des ressources et des pratiques, d'apporter ma contribution pour une éducation nationale plus ouverte, plus dynamique et plus sûre d'elle. Contacter moi pour me faire part de vos commentaires positifs ou pas... Voir aussi les pratiques en ECJS.

 

 

 

 

AU SOMMAIRE 

 

CHAPITRE H1

CHAPITRE H2

Intro géo + CHAPITRE G1

CHAPITRE G2
CHAPITRE H3
CHAPITRE H4
CHAPITRE G3

 

 

 

 

 

Chapitre 1er

UN EXEMPLE DE CITOYENNETE DANS L’ANTIQUITE : LE CITOYEN A ATHENES AU Vème Siècle Avant JC

Support : manuel NATHAN Collection J. Marseille 2001

 

 

Introduction

Contexte historique. On distingue trois périodes historiques dans la Grèce antique :

- du VIIIème siècle AVJC (apparition de la Cité) à –510 (renversement de la Tyrannie) : c’est la Grèce archaïque

- de –510 à –323 (mort d’Alexandre) : c’est la Grèce classique.

- après 323 : c’est la Grèce hellenistique

Le sujet du cours couvre donc une partie de la Grèce classique, de –510 à 400 environ , période appelée aussi « le siècle de Péricles ».

Contexte géographique au Vème siècle AVJC. Athènes est une Cité puissante, la plus puissante et la plus prestigieuse de la Grèce. Son territoire, l’Attique, s’étend sur 2650km2 pour environ 350000 habitants.

Pb : Que signifie être citoyen à Athènes au Vème siècle AVJC ? Quel régime politique a été adopté ? En quoi la Cité d’Athènes est-elle un exemple à suivre ?

 

 

I. La democratie athenienne

 

A. L’assise géographique de la cité

1. Les atouts d’Athènes au Vème siècle

Site facile à protéger grâce à la présence de collines que l’on peut facilement fortifier : ex. l’acropole – doc. pp 6et 7 + plan p8

Un site riche en ressources naturelles : mines et terres fertiles

Une ouverture sur l’extérieur par le Port du Pirée – Plan p8 – Beaucoup d’Athéniens vont d’ailleurs émigrer.

2. Une influence régionale importante

Le port du Pirée permet un commerce avec les autres cités et régions de la Méditerranée : c’est un Emporium.

Athènes réunit les cités grecques dans la Ligue de Delos. C’est elle qui a la plus grande puissance militaire qui lui a permis de vaincre par deux fois les Perses – Carte p9

A partir de 451, elle prend le caractère de puissance hégémonique sur tout l’est de la Méditerranée.

3. Une cité très administrée et très unie

Rôle de Clisthène – résumé p11

 

B. Etre citoyen

1. C’est appartenir à une minorité

40000 habitants sont citoyens sur environ 350000 habitants.

Il faut respecter plusieurs conditions pour être citoyen à Athènes :

- Etre âgé de plus de 18 ans

- Né de père citoyen et d’une mère fille de citoyen unis dans le cadre d‘un mariage légitime

- Avoir accompli l’éphébie – Texte 3 p20

- Ces trois conditions sont vérifiées lors de l’inscription dans un des 139 dèmes (rappel 3-A-I).

2. C’est avoir des droits égaux en théorie

Tableau p.18

Des droits politiques théoriques mais différents suivant les revenus.

Comme les droits et devoirs militaires qui différent suivant les moyens financiers (de rameur à cavalier).

Des droits et devoirs religieux globalement réservés aux plus riches.

Voir fiche 1 – activité 2

 

C. Le fonctionnement de la démocratie athénienne au Vème siècle AVJC

1. Le principe de l’égalité politique

Principe adopté par étapes.

Au départ, Athènes est dominée par les riches familles aristocratiques – déf. p10

En 549, Solon (un archonte), impose que les lois soient écrites. Le citoyen est alors protégé de toute décision arbitraire.

En 508-507, Clisthène crée l’Ecclesia et installe la Démocratie.

Vers 450, Pericles obtient que les citoyens qui siègent dans les Tribunaux reçoivent une indemnité : le Misthos. Les plus pauvres peuvent donc aussi jouer leur rôle de citoyen.

L’égalité en pratique. Tirage au sort des magistrats ; des magistratures collégiales et renouvelées chaque année ; un principe d’isonomie qui prévoit l’égalité devant la loi et l’égale participation de tous les citoyens au pouvoir.

2. Les rouages de la Démocratie athénienne

Trois assemblées fondent la Démocratie athénienne : doc.2 p18 et activité1 fiche1 – Voir définitions p11

Les objets de la Démocratie : ex. jeton de l’Héliée, tesson d’ostracisme – voir doc.4 p19

 

 

II une civilisation brillante

A. Le citoyen et la religion

1. La fête des Panathénées

TD pp 24 et 25

2. Une confusion entre espace politique et lieu de culte

Sur l’Acropole : le Parthenon renferme le Trésor de la Ligue de Delos

Sur l’Agora (voir p8), des temples font face à des bâtiments civils.

Chaque décision politique s’accompagne d’un sacrifice ou d’une consultation d’Oracle.

Athènes rend un culte à sa divinité protectrice organisé par les magistrats de la Cité.

 

B. Le citoyen et la culture

1. L’éducation du citoyen

L’éducation est laissée au soin des parents qui peuvent ne pas envoyer leur fils à l’école. Mais ils peuvent aussi suivre les cours de philosophes célèbres.

Une obligation leur est faite de passer par l’éphébie.

2. Théâtre et civisme

Le théâtre est une affaire civique. Tous les acteurs sont des citoyens, le public est nombreux, les pauvres sont pris en charge par la Cité pour assister aux représentations. L’entretien d’un chœur est une liturgie très recherchée par les Athéniens riches.

Les auteurs les plus célèbres : Eschyle, Sophocle et Euripide pour les Tragédies et Aristophane pour la Comédie.

Les grandes Dyonisies réunissent les meilleurs auteurs chaque année à Athènes.

 

C. L’art au service de la politique

1. L’apogée de l’art grec au Vème

Multiplication des monuments : grands temples de pierre, statues (p13), peintures très réalistes (p20) et céramique renommée (p15).

Athènes devient un pôle majeur de création artistique et attire les meilleurs.

Phidias, sculpteur et Callicrates, architecte sont très réputés dans toute la Grèce.

2. Une hégémonie qui est donc aussi culturelle

Péricles veut attirer tous les grands savants, les grands philosophes. Il fait en sorte que sa cité soit belle et admirée. C’est ainsi qu’il fait reconstruire les sanctuaires d’Athena détruits par les Perses en 480. Les travaux durent de 447 à 406.

 

 

III. les limites de la citoyennete

A. Une citoyenneté fondée sur le droit du sang qui exclut les femmes.

1. Le rôle essentiel des femmes

Elles transmettent la citoyenneté.

Elle sont gardiennes des traditions et de la religion

Chaque année, en octobre, les Thesmophories leur rendent hommage.

Mais elles ne sont pas citoyennes.

2. Des femmes considérées comme inférieures

Idéal : femme au foyer qui s’occupe des taches ménagères : doc. p15 et doc.2 p22

Toujours sous la tutelle d’un homme (père, mari, frère, oncle …)

Elles ne peuvent ni hériter, ni posséder de biens.

Bilan - Doc. 1 p22

 

B. Une citoyenneté qui exclut les étrangers et les esclaves

1. Les esclaves dont des choses.

Ils sont entre 110 000 et 150 000 ( rappel : les citoyens sont 40000, ce qui fait en moyenne trois à quatre esclaves par citoyen).

Un esclave est une propriété mobilière et il peut être vendu avec une propriété agricole ou une maison.

Les esclaves n’ont aucun droit, aucune vie personnelle, familiale ou intime.

Doc. 4 et 5 p23 : ils exercent des activités très variées comme celle de mineur, paysan, balayeur ou domestique. Ils peuvent avoir des fonctions de responsabilité comme celle de gérant d’exploitation agricole.

2. Les métèques sont les étrangers à Athènes

40000 femmes et enfants compris

Ce sont le plus souvent des Grecs venus d’autres cités.

Ils paient une taxe particulière : le Metoikon,  doc.3 p 22.

Ils travaillent le plus souvent comme commerçant, artisan ou changeur.

Ils ont le devoir de défendre la cité.

Ils peuvent devenir exceptionnellement citoyen : ex. de Lysias, rappel doc.3 p 22.

Fiche 2 – activité 2

 

Conclusion

La démocratie est née à Athènes suivant un long processus

C’est une démocratie directe

En 25 siècles la démocratie a connu de profonds changements.

 

 

JR 09/07

 

 Voir exercices pp 28-29

 

Et pour aller plus loin :

 

http://www.ac-orleans-tours.fr/hist-geo-grece/athenes/ath0.htm

Beaucoup de compléments proposés par ce site académique, donc sérieux et bien contrôlé. Notez aussi la présence d’un Test sur les Panathénées : http://www.ac-orleans-tours.fr/hist-geo-grece/quest/panathenees.htm

http://college.jeanmoulin.free.fr/Avignon/Theatre/les%20origines.htm

A propos du théâtre grec un site de collège qui est bien fait

http://belokanweb.free.fr/wezb/antiquite/peloponnese.htm : Un site consacré à l’opposition entre Athènes et Sparte.

Un jeu sur la rivalité Sparte/Athènes sur un site consacré à la Grèce : http://athenes-sparte.fr/index.php  

 

Sommaire

 

 

 

Chapitre 2ème

LA MEDITERRANEE AU XIIème siècle :

UN CARREFOUR ENTRE TROIS CIVILISATIONS

Support : manuel NATHAN Collection J. Marseille 2001

 

Introduction

Le cadre géographique : pp 60-61 – trois territoires et un espace à partager.

Les limites chronologiques : 1095 concile de Clermont et 1204 avec le sac de Constantinople (Byzance).

Pb : une Méditerranée carrefour ; des échanges, des avantages mais aussi des problèmes.

 

I. Naissance et diffusion des religions monothéistes en Méditerranée.

A. Les caractères originaux du christianisme

1. Dans le temps

Aux origines, il y a le peuple hébreu et sa religion fondée sur l’Ancien Testament ou Bible Hébraïque – déf. Bible p34 – Ce peuple vit au Proche Orient depuis plusieurs siècles et croît en un Dieu unique – religion monothéiste.

L’histoire raconte que « vers –1290, Moïse, descendant d’Abraham a fui l’Egypte pour la Terre promise en Palestine. En chemin, il reçoit deYahvé les Tables de la Loi qui énoncent les dix commandements » – doc.1 p44.

Vers -950, le Roi Salomon fait construire à Jérusalem, sa capitale, le temple où sont conservées les Tables de la loi, qui devient le lieu de culte des Hébreux.

Dans les siècles qui suivent, il y a éclatement de la communauté (diaspora) car la Palestine connaît des affrontements, plusieurs occupations tout en attendant le Messie (déf. p35) annoncé par les Prophètes. – doc.3 p44

En –63 la Palestine est conquise par les Romains.

2. Jésus annonce l’Evangile, la Bonne nouvelle.

Biographie de Jésus p36.

Naissance d’une nouvelle religion fondée sur la bible chrétienne – voir livres de la Bible, doc.2 p44.

Rôle des quatre Evangélistes – doc.4 p55 – qui racontent la vie de Jésus – doc. 3, 4 et 5 p47.

Les symboles : p57.

B. Diffusion et affirmation du Christianisme

1. Les difficultés des premiers chrétiens

Les persécutions. Les Chrétiens refusent d’adorer les dieux romains ; il sont désignés comme à l’origine de tous les malheurs et deviennent des martyrs – doc.1 p48 et 3 p48.

Cela pousse les Chrétiens à se regrouper en formant des Eglises locales, communautés dirigées par des Evêques – doc.4 p52. Les Chrétiens choisissent aussi parfois de se cacher dans les catacombes.

Désaccord sur ce qu’il faut croire. Le Concile de Nicée (325) – doc.3 p52 – fixe la doctrine de la Trinité : Dieu est trois personnes différentes, le Père, le Fils et le Saint esprit.

2. Le Christianisme, religion officielle.

313 : l’Empereur Constantin signe l’Edit de Milan – doc.6 p49 – qui met fin aux persécutions et autorise l’exercice public de la religion chrétienne.

391 : l’Empereur Théodose proclame le Christianisme, religion d’Etat et met fin aux sacrifices aux dieux païens. L’Empereur devient alors un arbitre dans l’Eglise.

3. L’expansion du Christianisme

Carte à réaliser à partir des pp32-33. et tableau à compléter.

C. Sources et piliers de l’Islam

1. Les livres de l’Islam

Compléter la fiche avec la p.72

2. Les cinq piliers de l’Islam

Suite de la fiche – doc.3 p72.

3. La place des royaumes islamiques en Méditerranée.

Cartes pp 60-61 et 85

 

II. Trois ensembles géopolitiques

A. L’Empire byzantin

1. Empire héritier de Rome

C’est l’Ancien Empire romain d’Orient

Il est diminué géographiquement : Turcs Seldjoukides à l’Est (voir carte p.61) et Normands à l’Est.

L’empereur est appelé Basileus (Roi en grec) ; il est sacré et possède un pouvoir théocratique. Doc.2 p70 et 5 p71. Dynastie des Comnènes.

Son pouvoir repose sur trois piliers : l’administration, l’aristocratie et la religion orthodoxe.

2. Un Empire prospère.

La capitale est à l’image du pays : doc.3 p70. 500 000 habitants, Palais, Eglises, luxe…

Une puissance agricole : rendements élevés, bonnes techniques, bon approvisionnement des villes.

Une puissance commerciale : le sou d’or stable depuis le IVème siècle, des produits de qualité issus du commerce et de l’artisanat

3. Un Empire fragilisé

Par les intrigues à la cour et les menaces qui pèsent sur l’Empereur.

Par les révoltes un peu partout dans l’Empire.

Par l’affaiblissement du commerce byzantin : Turcs et Normands ont pris des territoires ; problème de la concurrence de Venise.

B. Le Monde musulman

1. Vie politique et villes musulmanes

Au XIIème siècle c’est un Monde morcelé autour de trois Empires : abbasside (Calife de Bagdad et vizir), almoravide puis almohade (Calife à Cordoue) et fatimide (Calife au Caire qui dépend du Sultan).

Une remarquable maîtrise des techniques. De l’eau (huertas), dans la construction des villes – doc.5 p75 – et dans le commerce (cuir de Cordoue ou armes de Tolède)

2. Une vie culturelle et artistique intense

A partir d’emprunts à d’autres civilisations : byzantine, perse, égyptienne ou indienne.

La littérature est très riche surtout en poésie, les sciences sont très développées (astronomie, cartographie – p67-, mathématiques, médecine…), l’art musulman se révèle à travers la construction des Mosquées – pp69-73.

Les medersas sont des sortes de collèges d’enseignement religieux et jouent un rôle dans la diffusion de cette civilisation – doc.2 p72.

Voir la vie d’Averroes p61

C. Le Monde occidental.

1. La reprise économique

Jusqu’au XIème siècle la Méditerranée occidentale n’est pas sûre à cause des pirates et les échanges sont limités.

Au XIIème siècle l’élan démographique (cercle vertueux), les progrès dans l’agriculture (défrichements, rôle des abbayes) et le développement des villes permettent un essor de l’économie de cet occident chrétien.

2. Le renouveau politique

Renaissance du pouvoir royal : pyramide féodale avec à sa tête le Roi

Plusieurs royaumes importants autour de la Méditerranée : France, et Espagne et royaume normand. Auxquels il faut ajouter ceux d’Angleterre et du saint empire romain germanique.

Une société hiérarchisée en trois ordres : milites ou bellatores, oratores et laboratores.

3. La renaissance spirituelle

La réforme grégorienne : Grégoire VII (1073-1085) veut améliorer les mœurs du Clergé comme la Simonie (vente de sacrements) et le nicolaïsme (non respect du célibat).

Le Pape s’impose comme le chef de la chrétienté d’Occident : conflits avec les souverains et avec le patriarche de Constantinople (schisme de 1054) ; relance de la Reconquista en Espagne et pèlerinages en Terre Sainte.

Développement d’un art religieux : Eglises romanes ( p 68) et début des cathédrales gothiques fin XIIème siècle.

 

III. une grande diversite de contacts

A. Les types d’affrontements

1. La Reconquista

Déf. p65

1085 : prise de Tolède / 1212 : défaite musulmane de Las Navas de Tolosa.

Voir p80-81 EED sur Tolède

2. La première croisade et ses conséquences

Le contexte et les raisons officielles : doc.2 p74

Son déroulement : voir trajet p74

Ses résultats : la prise de Jérusalem (doc4 p75 et textes pp 82 et 83)

Fondation de quatre Etats latins d’Orient voir p66

La deuxième croisade est un succès : voir p74

3. La réaction des Musulmans et ses conséquences.

Le rôle de Saladin : voir bio. p66

Le djihad : doc.3 p74

La victoire de Hattin : doc.5 p75

La troisième croisade est un échec : voir p74

La quatrième croisade s’arrête avec le sac de Constantinople : doc.4 p77

B. Les formes d’échanges et d’enrichissement

1. Les lieux de contacts entre civilisation

L’exemple de la Sicile et Palerme voit synthèse réalisée en cours.

Tolède et l’Espagne d’Al’Andalus : p80

L’exemple des Etats latins d’Orient.

2. Les types d’échanges

Le commerce : voir p76

Techniques oubliées et nouvelles techniques

La culture

 

Conclusion

La Méditerranée au XIIème siècle est un lieu de rencontres entre trois civilisations, ce n’est pas une coupure, c’est un lien.

Aujourd’hui, Méditerranée rime avec obstacle, c’est une frontière politique, économique et culturelle entre deux Mondes différentes.

 

JR 10/08

 

 

Et pour aller plus loin :

 

Plus d’infos sur la féodalité et son fonctionnement :

http://www.cliohist.net/framesmic.php3?orig=http://www.cliohist.

net/medievale/europe/hmed/cours/chap9.html

 

Sur la Reconquista : http://classes.bnf.fr/idrisi/monde/reconq.htm

ou pour une chronologie : http://www.linternaute.com/histoire/reconquista/1052/a/1/1/3/

 

Un site sur les templiers et sur des personnages importants : http://www.templiers.net/personnages/php/personnages_1.php

 

Une exposition organisée par la Mairie de Toulouse sur les Croisades :

http://www.jacobins.mairie-toulouse.fr/expos/croisades/menu/accueilcr2.htm

Des précisions sur l’origine des croisades :

http://www.ville-clermont-ferrand.fr/aimer/histoire/croisade.htm

 

 

 

Sommaire

 

 

 

 

INTRODUCTION AU COURS DE GEOGRAPHIE - SECONDE.

Cours J. Rousselot – Livre de géographie seconde

Coll. J. L. Mathieu – ed. Nathan 2005.

 

Approche du Monde sous différents angles : population, faim dans le Monde, villes, eau, risques, montagnes ou littoraux …

 

1. Essai de définition de la géographie

 

a. Par une approche historique

« Science des explorateurs et des voyageurs qui parcourent et décrivent le Monde »

ex. : carte du Brésil, p8

Evolution depuis deux siècles : « la géographie sert au pouvoir des militaires et politiques à conduire les guerres et à découper le Monde.

Ex. : le tracé des frontières au Congo, doc.3 p9

 

b. La géographie aujourd‘hui

Une science sociale : voir définition extraite du dictionnaire Hätier.

« Science de l’environnement, de la gestion et de l’aménagement des espaces » doc.5 p9

 

2. La géographie dispose d’outils spécifiques

Attention les textes sont bien sûr valables dans beaucoup de matières y compris en géographie où ils sont très utilisés.

 

a. Les cartes

Définition : représentation réduite, simplifiée et schématique d’une partie de la surface de la Terre.

Attention : une carte possède une échelle, une orientation vers le Nord (sauf dans les « projections polaires » par exemple) et se lit grâce à une légende.

Exemple des cartes IGN :

Lire une échelle pp12 et 13 – un centimètre sur la carte vaut …..cm dans la réalité.

Lire une légende – voir fin du livre.

On peut utiliser des figurés cartographiques plus simples : ex. p90.

Il existe d’autres types de cartes :

- les planisphères : doc. pp18-19 ou p77 (de type projection polaire)

- les cartes à l’échelle d’un pays – doc. p72 – ou d’une région – doc. p108.

- les cartes d’une ville – doc. p138

- les cartes par anamorphose – doc. p87 avec définition.

 

b. Les autres images ou documents iconographiques.

Les photographies. Elles sont de trois types ; l’oblique est la plus usitée – pp 10-11

Les schémas – 1a p74, 3 p77, 1 p103 ou 1 p162 – ou croquis simplifiés – p153 ou 2 p219 – et plans de villes – p158.

Les affiches – p164 ou 1 p199

Les caricatures – 4 p189 – les dessins – p203 – ou à but humoristique – p272

Les tableaux (gravures, peintures…) – doc.3 p215

Les images numérisées - 5 p9 et 4b p155 - ou satellites – 2 p178 et p237.

 

c. Les données statistiques

Grande variété car sources nombreuses et appui de l’informatique dans leur traitement.

Tableau statistique – 8 p25 et 2p31

Histogramme – 1 et 2 p35

Courbes sur axe orthonormé – 4 p65 ou 6bc p65

Diagramme circulaire – 3b p73 ou 2 p113.

 

 

Conclusion : quelle démarche pour le géographe ?

Se localiser dans l’espace (et si nécessaire dans le temps)

Décrire : donc chercher pour comprendre

Regrouper et ordonner les informations

Aboutir à une synthèse : relations entre acteurs et milieu ; aborder un problème à travers un plan simple de type « faits, causes et conséquences » ou « aspects, fondements et limites.

 

JR 11/05 - 10/08

 

 

Sommaire

 

 

 

 

CHAPITRE 1ER - GEOGRAPHIE - SECONDE.  

LES INEGALITES A L’ECHELLE DU MONDE à travers deux exemples :

La répartition des hommes ; la répartition des richesses.

 

Cours J. Rousselot – Livre de géographie seconde

Coll. J. L. Mathieu – ed. Nathan 2005.

 

 

Introduction

Idée de vides et de pleins – doc1 p22 et 4 p23 – seulement ¼ des terres émergées est réellement occupé.

Parallèle facile avec la répartition des richesses : 20% des humains possèdent 80% des richesses.

Tout cela peut déboucher sur des oppositions, des fractures et se traduire par des frontières.

Pb : comment analyser, comprendre, expliquer les inégalités et évolutions récentes à l’échelle de pays, de continents ou du Monde ?

Nota : l’approche multiscalaire comme cela a été maintes fois précisé en cours sera toujours privilégiée tout au long du cours de géographie.

 

I. 6.5 milliards d’humains mal répartis.

Préambule - Etude de cas : « la répartition de la population aux EUA » pp 22-25

Synthèse :

1. Déséquilibre au profit des périphéries surtout maritimes – ex. Californie, Floride ou Mégalopolis du NE.

2. Des raisons d’abord climatiques ( le manque de précipitations est un facteur répulsif), par rapport au relief (les montagne repoussent…) ou en raison de facteurs historiques (migrants venus d’Europe par l’Atlantique).

3. Cependant un rééquilibrage s’opère : quelques fortes densités dans le Colorado (Denver) ou en Arizona (Phoenix) alors que ce sont des déserts chauds.

 

A. Les contrastes humains à l’échelle de la planète.

1. Pleins et vides

doc. pp 18 et 19 – doc.1 p29

Grands foyers de peuplement. Voir carte – Module n°4

Foyers secondaires. Voir carte – Module n°4

Vides remarquables : densité inf. à 1hab/km2 – Intérieur de l’Asie centrale, grand Nord sibérien, grand nord canadien, Amazonie, Sahara, Himalaya, Australie…

2. Atouts et contraintes.

Ce qui attire – déf. Oekoumène p28.

Un climat doux et assez humide – chaud sans être excessif.

Une faible altitude – 85% des humains vivent à moins de 500m d’altitude.

Près des littoraux – 50% de la population vit à moins de 50Km du littoral.

Influence des grands courant migratoires depuis environ deux siècles avec les migrations massives d’Européens – ex. Côte NE de l’Amérique du Nord.

Ce qui repousse : les contraintes déf. p28 – Carte 2 p29 : espaces vides ou faiblement peuplés.

3. Villes et campagnes.

Voir quelles sont les grandes villes sur les cartes p29 et 132-133. – Sujet du chapitre 4 à venir.

50% des humains vivent en ville – ex. les EUA : densités fortes, grande extension des villes et importance de l’habitat individuel.

Correspond à deux mouvements conjoints : passage du nomadisme à la sédentarisation et passage de l’agriculture à la production de biens industriels ou de services.

 

B. Les contrastes humains à l’échelle d’un pays.

Support = Etude de cas pp 26-27 : le peuplement de l’Afrique du Sud

1. Une coupure Est-Ouest bien marquée.

Doc.1 et 2. Vaste province de Cap du Nord quasiment vide. Kwasulu-Natal avec très fortes densités. Gauteng fortes densités autour de Pretoria et Johannesbourg. La province de Caps de l’Ouest résume bien ces contrastes.

2. Le poids de la colonisation.

Doc.3 p27. Arrivée des Hollandais : 1652, fondation de la colonie du Cap. Mais exode vers le Nord pour fuir la colonisation anglaise. Renforcement de l’opposition originelle entre populations autochtones Bantous sédentaires et Koïsans nomades.

Doc.4 p27. Ce sont les hautes terres humides qui attirent, soit le contraire de ce qui se passe en général. Ce sont aussi les côtes qui attirent mais seulement dans le cas d’un courant marin chaud ici. Les déserts comme toujours repoussent.

Doc. 5 p27. Attraction des ressources naturelles minières. Fondation de villes : ex. Johannesbourg.

3. Villes et campagnes sud-africaines.

Doc.1 p26. Six villes de plus d’un million d’habitants et 6 de 0.3 à 1 million pour une population de 45 millions environ. A l’origine les villes sont nées autour de l’activité portuaire ou minière.

Exode rural fort (migration massive et définitive des campagnes vers les villes) dans le région du Veld – doc. 4p27 – hautes terres humides, main d’œuvre nombreuse – ex. de Soweto dans Johannesbourg : deux photos 3 et 5 p151.

 

 

II. riches et pauvres dans le Monde.

 

A. Les critères d’identification.

Support : tableau 2 p31

1. Les indicateurs du développement.

Notion de développement - déf. p34.

Moyens de l’évaluer :

Le RNB global, par habitant et plus précis si en « ppa » (en parité de pouvoir d’achat) – la carte 1 p20 permet de hiérarchiser les pays.

L’IDH, plus complet – déf. p20 avec carte 2.

L’urbanisation – déf. p34.

L’espérance de vie à la naissance – déf. p34.

Le taux de mortalité infantile – déf. p34

L’attractivité d’un territoire : quelle est l’importance des IDE ? – Investissements directs étrangers.

2. L’évaluation du niveau de vie.

Répartition de la population active - ceux qui ont un travail et ceux qui en recherchent un (PSERE) – Agriculture, Industrie, commerces et services ou primaire (déf. p285), secondaire (déf. p285) et tertiaire (déf. p286).

Taux d’accroissement de la population.

Part des moins de 15 ans.

3. Les signes du confort.

Nombre d’habitants pour un médecin : accès aux soins.

Taux d’analphabètes : accès à l’école

Nombre de téléviseurs, de téléphones ou d’automobiles par habitant.

 

B. Pays du Nord, Pays du Sud.

A partir de la carte p21.

1. Le Nord, pays développés.

Pays de la Triade – déf. p34 – Puissance dominantes : EUA, UE et Japon.

Pays développés associés : Canada, Norvège et Suisse, Corée, Taïwan et Singapour, Australie et Nouvelle Zélande.

Forte concentration des richesses – doc.1 p35 – 15% de la population et 78% des richesses.

2. Les pays intermédiaires.

Deux cas.

Les pays pétroliers : Arabie Saoudite ou Libye par exemple – Mais rente financière limitée dans le temps.

Les pays qui sortent des économies collectivisées suivant le modèle soviétique (rappel des années 89-91) : ex. les ex-Républiques de l’URSS et pays ex-communistes de l‘Europe de l’Est.

3. Le Sud : les pays en développement.

Les pays qui ont un poids géopolitique d’un point de vue population, territoire ou économique : les puissances du Sud – Inde, Chine et Brésil – mais aussi des puissances qui comptent de plus en plus comme le Mexique, l’Afrique du Sud ou l’Indonésie…

Les pays qui connaissent un développement qui reste cependant fragile. Ils sont surtout en Asie (ex. Malaisie ou Thaïlande…) et en Amérique latine (Chili ou Cuba…).

Les pays les moins avancés (PMA). Leur situation est catastrophique : ceux sont 49 pays dont le revenu a baissé depuis 1970. Ils sont d’abord en Afrique subsaharienne à l’exception du Golfe de Guinée. Quelques cas en Asie : Cambodge, Népal, Bhoutan ou Afghanistan…

 

C. Les contrastes à l’intérieur d’un pays.

1. Riches et pauvres en Chine.

Rédiger un paragraphe à partir de l’étude de cas pp 32-33.

2. Inégalités sociales dans les pays riches.

Notion de SDF

Notion de quart-Monde.

Exercice n°3 – p50.

 

III. Divisions et unions dans le Monde.

Etude de cas « la frontière Mexique-EUA » pp 42-45.

 

A. Des frontières visibles sur le terrain.

1. Apparence et réalité des frontières.

250000 Km de frontières séparent 193 Etats souverains.

Elles peuvent correspondre à des obstacles naturels : ex. ligne de crête des Pyrénées – doc.2a p38.

Elles sont le résultat de pratiques culturelles : ex. le Brésil en Amérique latine.

Elles sont le résultat d’oppositions politiques – Corée doc.1 p41 – ou ethniques – Cas de l’Ecosse et de l’Angleterre.

2. Le résultat de l’évolution du Monde durant les deux derniers siècles.

Doc. 1 p21.

Avant 1800, peu de frontières : régions concernées sont surtout l’Europe et l’Amérique latine.

De 1800 à 1945, multiplication des frontières avec la colonisation européenne en Afrique, en Asie et en Amérique, avec les conséquences de la première guerre mondiale en Europe surtout.

De 1945 à 1986, décolonisation (ex. Inde et Pakistan) et conséquences de Yalta.

Depuis 1986, éclatement/implosion du Monde soviétique : ex. des cinq nouveaux Etats indépendants d’Asie centrale doc.2 et 3 p36.

 

Résumé du cours du 7 novembre...

 

B. Des frontières qui jouent des rôles différents.

1. Des frontières interfaces.

Déf. p40.

Ouvertes traditionnellement aux échanges.

Cas de la frontière franco-suisse – ex. du CERN doc.2 p47 – ou de la frontière franco-belge avec la Flandre.

C’est le cas des frontières internes de l’UE – doc.2 p41.

2. Des frontières « enjeux ».

Surveillées, militarisées : Corée du Nord – doc.1 p41 ; ex. de Cuba.

Véritables fractures entre pays riches et pauvres : ex. de la Méditerranée entre Afrique et Europe.

Des frontières qui isolent plus que ne protègent : ex. des pays enclavés d’Asie comme le Népal ou d’Afrique comme le Rwanda qui dépendent d’autres pays pour leur accès à la mer et donc au commerce mondial principalement maritime.

3. Des frontières qui disparaissent.

Par la réalisation d’aménagements humains. Des ponts (Oresund doc.1 p47) et des tunnels surtout (Sous la Manche par ex.)

Avec le développement de régions transfrontalières dynamiques : cas du Rhin en Europe ou des grands lacs/Saint Laurent en Amérique du Nord.

Avec le développement de coopérations plus larges en relation avec l’environnement : ex. des suites du nuage de Tchernobyl (1986) ou des différents problèmes traités par le PNUE depuis 1972 (ex. Les GES lors du sommet de Kyoto en 1997).

 

C. L’exemple de la frontière EUA/Mexique

Etude de cas pp 42 à 45. à faire pour le 7 novembre 2008 - Corrigé fait en cours mis en ligne ultérieurement...

 

 

 

JR 10/08

 

 

Et pour aller plus loin :

 

Le site des Nations Unies pour le Développement : http://www.undp.org/french/ et un exemple d'action au Burkina Faso : http://www.pnud.bf/

Les Pays les Moins Avancés (PMA) présentés par l'OMC : http://www.wto.org/french/thewto_f/whatis_f/tif_f/org7_f.htm

Si vous allez à Chypre, prenez vos précautions, c'est une question de frontière : http://www.eda.admin.ch/eda/f/tool/cont_travad/zyper.p.html

Qu'est-ce que l'espace Schengen ? http://www.vie-publique.fr/decouverte_instit/europe/europe_1_3_0_q6.htm

 

 

Sommaire