REFLEXIONS

Pour aller vers l'ESPACE ELEVES  

Pour revenir à la partie principale : Site Joël Rousselot

 

Accueil
Le Travail
Le personnel LNB
Orientation
Mes sites favoris
REFLEXIONS
Quid

 

Le Lycée Nord Bassin : Un Lycée à taille humaine dans un environnement privilégié.

   

   Situé à Andernos Les Bains, commune girondine de 9000 habitants permanents ( la population peut doubler le week-end et triple l'été), le lycée Nord Bassin étend son influence et donc son recrutement sur trois collèges, tous publics ; le collège A. Lahaye d'Andernos-les-Bains, le collège J. Verdier d'Audenge et le collège G. Pompidou de Lège-Cap-Ferret. Les élèves de ces trois collèges sont prioritaires pour entrer en seconde générale au Lycée Nord Bassin. A ces élèves issus de la carte scolaire, il faut ajouter un flux supplémentaire d'élèves que nous acceptons d'accueillir sans vraiment le crier sur les toits. Ils choisissent parfois de prendre le Portugais LV3, langue qui n'est pas proposée dans le lycée qu'il ne souhaite pas obtenir, mais le plus souvent, ils tentent leur "chance" en envoyant une lettre nous demandant de bien vouloir les accueillir. Ainsi, nous recrutons des élèves de Marcheprime qui auraient du aller au lycée de Gradignan, de Mios et de Biganos qui auraient du aller au Lycée d'Arcachon et de Lacanau qui auraient du aller au lycée de Pauillac. Il est bien entendu que ce sont généralement de bons élèves ou au moins des élèves sérieux. Ceci montre un point positif de notre établissement : nous avons bonne réputation et nous attirons des élèves en plus. Malgré cet apport supplémentaire (en 2000/01, 75 élèves provenaient de communes hors secteur), le LNB n'a accueilli à la rentrée 2001 que 510 élèves dont 210 en classe de seconde.

     Les élèves du lycée proviennent donc de plus de dix communes différentes ce qui implique un réseau de ramassage scolaire en autocar conséquent mais surtout des temps de transport pouvant aller jusqu'à 1h30 par jour. Le cadre de vie peri-urbain a donc son coût mais cela semble en valoir la peine comme le montre la croissance des effectifs de notre Lycée, 405 élèves en 1996, 459 en 1998 et 510 aujourd'hui. Les estimations tendent à être alarmistes avec des prévisions de 700 voire 800 élèves à l'horizon 2005 ! Pourvu que cela ne soit qu'un moyen pour convaincre les autorités régionales de nous financer les aménagements dont nous avons besoin. Mais cela semble tout de même logique tant le nombre de lotissements et de constructions nouvelles s'est accru ces dix dernières, accompagnant une envolée du foncier (des hausses de 60% sur dix ans sont tout à fait habituelles sur les bords du bassin). D'autre part, ne pouvant offrir de filières autres que la filière générale au Lycée dans le Nord Bassin, trop d'élèves font le choix de la proximité plutôt que le choix de la formation. Une réflexion doit être menée pour savoir dans quelles conditions, un établissement secondaire technique ne serait pas nécessaire dans le Nord Bassin. Ah si le Lycée Technique de la mer avait été à Biganos au lieu de Gujan, le problème serait moins compliqué et ce lycée de la mer serait mieux rempli par nos élèves du Nord Bassin !

    Vivre ici à son charme et ses contraintes. Il est vrai que Bordeaux n'est qu'à une heure en bus ou en voiture ; la gare SNCF la plus proche, celle de Facture-Biganos est à 20mn (ce qui met Paris à environ 4 heures tous trajets confondus, donc des A/R possibles dans la journée) ; l'aéroport de Bordeaux-Mérignac est à 30mn. Nous profitons de la forêt toute l'année, des pistes cyclables (sur les anciennes emprises ferroviaires) de mars à octobre, du nautisme sur le bassin d'avril à Octobre, de l'océan de juin à septembre (pour les plus frileux), et des lieux naturels de renommée internationale comme Arcachon, la dune du Pyla ou le Cap ferret. Les communes du Nord Bassin proposent des manifestations culturelles toute l'année, et bien sûr des animations touristiques durant la saison qui s'étend essentiellement de fin juin à début septembre. Mais cela ne suffit pas toujours à contenter nos élèves qui se plaignent souvent de ne pas avoir l'offre "urbaine", ce à quoi, justement leurs parents ont renoncé !

    Alors la vie est belle ? Oui sans hésitations si on met en avant le cadre de vie. Non si on analyse les capacités de nos élèves. Sortant de ce petit Lycée, sorte de "cocon" pour adolescents, ils ne sont pas armés pour une autonomie estudiantine et les parents doivent absolument accompagner ce passage difficile Terminale-Fac, ce qui, je le conçois, n'est pas facile quand votre fils ou votre fille à 18 ans et plus. Les efforts ne sont pas non plus une qualité de nos élèves, tellement sollicités à l'extérieur, mais surtout qui vivent dans des milieux classes moyennes souvent fonctionnaires où le travail s'arrête à la porte du bureau... Les élèves ne comprennent pas toujours quand certains professeurs insistent sur la nécessité d'un minimum horaire moyen de 15 heures de travail personnel par semaine en seconde (sur 33 semaines de cours au Lycée), ce qui fait des semaines de "45 heures" ( soit 1485 heures-années, temps moyen de travail d'un professeur et donc bien en deçà des 1600 heures "syndicales" des trentecinqueuristes). Oui, je pense que l'ironie est démonstrative ! Oui, je pense que nos élèves doivent apprendre qu'il est parfois nécessaire de travailler plus, pour avoir un meilleur dossier mais surtout pour pouvoir entrer en compétition dans les classes de l'élitisme républicain. Oui, il faut combattre le manque d'appétence de nos élèves face au travail et être autant exigeant avec nous mêmes pour proposer les meilleurs cours possibles mais aussi être exigeant avec nos élèves pour ne pas regretter de leur manque de perspective de réussite post-bac.

    Mais au delà de ces quelques bémols, il est évident qu'être professeur au Lycée Nord Bassin est une chance que je souhaiterais à tout jeune professeur qui pour débuter sa carrière pourrait asseoir ses techniques, sa personnalité, mettre au point des stratégies, sans peur et sans souci d'élèves inadaptés aux exigences du Lycée.

 

Votre Web Master