Le Travail

Pour aller vers l'ESPACE ELEVES  

Pour revenir à la partie principale : Site Joël Rousselot

 

Accueil
Le Travail
Le personnel LNB
Orientation
Mes sites favoris
REFLEXIONS
Quid

 

1. La présentation de mon enseignement pour la réunion parents-professeurs d'octobre.

(voir ensuite comment aborder le travail au Lycée ?)

 

PRINCIPES GÉNÉRAUX: enseignement de l'histoire et de la géographie

C’est une matière de connaissances, une matière de réflexion à la base de la formation des jugements. C'est ce qui explique que l'histoire géographie fasse partie des matières fondamentales (4 en seconde) et qu'elle soit présente dans tous les Baccalauréats généraux, ce qui n'est pas le cas de toutes les matières.

Cas de l'ECJS : 15hOO d'ECJS en demi-groupe suivant un calendrier établi en début d’année. Dossiers-documentaires et débats argumentés sont au cœur de la matière.

 

OBJECTIFS

1. Faire le programme : condition nécessaire pour pouvoir suivre en classe de première notamment en histoire (emboîtement chronologique...).

2. Initier les élèves aux méthodes de type Baccalauréat.

3. Se perfectionner dans ses méthodes de travail afin d’être un élève régulier, actif et volontaire. Un semainier a été créé par chaque élève. Une aide « apprendre à apprendre » a été proposée en début d’année en même temps que des conseils pour la prise de notes.

 

MOYENS

1. Trois heures de cours classe entière par semaine + une heure de module en demi-groupe sur 16 semaines.

Cours magistral dialogué dans la mesure où les élèves jouent le jeu, c'est à dire qu'ils soient attentifs, motivés et qu'ils se respectent entre eux.... On peut très bien travailler à 35 si les règles de vie en classe sont respectées. Les travaux personnels demandés seront régulièrement vérifiés au cours suivant comme cela a déjà été le cas au grand désarroi de quelques élèves…

Le cours fait souvent appel à des connaissances acquises en collège (ce qui est normal dans la mesure où les élèves qui passent en seconde générale ont réussi leur collège....). Les programmes de la classe de seconde complètent et approfondissent en effet les programmes des classes de 6eme, 5eme et 4eme. Le cours demande ainsi une participation tout à fait raisonnable des élèves, en particulier quand des documents sont étudiés.

Principe des modules : Approfondir, perfectionner, remédier aux difficultés ou traiter le programme suivant des approches plus originales. Les groupes sont de 17 et 18 élèves.

2. Les contrôles : notation sur 10 et sur 20 essentiellement à l’écrit. Cinq questions sur le cours précédent ; en début de cours le plus souvent ; évaluation sur les connaissances et encouragement à travailler régulièrement. Sept devoirs sur 20 durant l’année, soit un toutes les quatre semaines portant sur dix à douze heures de cours.

Importance du corrigé qui sera remis à chaque élève en fin de devoir et commenté par la suite lors de la remise des devoirs corrigés : progresser sous-entend de ne pas faire les mêmes erreurs

3. Une disponibilité des cours en ligne sur mon site privé ouvert il y a maintenant plus de 6 ans, en attendant que l’interface du Lycée fonctionne. La base rectorale « argos » pourra être utilisée si nécessaire.

4. Une heure tous les quinze jours en demi-groupe pour l’ECJS. Le CDI sera au cœur des pratiques de cette matière ainsi que le débat argumenté.

 

RAPPEL NECESSAIRE

La classe de seconde est une classe de détermination même si les choix sont déjà bien établis en entrant en seconde. Quelle que soit la filière envisagée, il faut avoir un niveau, au pire moyen, dans toutes les matières...On ne passe pas en 1ere L, ES ou S avec simplement une ou deux bonnes matières.

L'histoire-géographie est une matière qui est souvent retenue pour sélectionner des candidats dans de nombreuses filières (Prépa HEC, IEP, Let. Sup., journalisme, BTS...) et pour de nombreux concours. Nos dirigeants sont souvent conseillés par des historiens ou géographes. Voir Y. Lacoste ou J. Marseille…

Notre société a besoin des références historiques et géographiques que cette matière apporte pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

 

2. Mes conseils pour bien aborder le lycée.

 

Comment travaille-t-on au lycée? ...Quelles sont les grandes différences avec le collège? .... Quelles erreurs à ne pas faire? .... Comment accompagner son enfant vers la réussite? ... 

 

Je vous propose ici quelques pistes de réflexion...

N'hésitez pas à vous rendre aussi à la rubrique QUID

LE TRAVAIL EST INDISPENSABLE !

Le travail personnel à la suite du cours, doit être divisé en trois phases. 

D'abord le travail "à chaud" le soir même où il faut relire le cours, revoir les documents étudiés dans le livre et surtout compléter si nécessaire avec des précisions trouvées dans un dictionnaire par exemple. 

La veille du cours suivant, vous relisez vos notes, vous refaites la même démarche qu'à chaud" mais c'est là qu'il faut vérifier si on connaît bien son cours. Comment ? En refermant son cahier et en essayant de retrouver le plan du cours. Mais souvent la vérification montre les lacunes. C'est là que la solution de la répétition devient utile. Il faut tout simplement répéter à voix haute son cours. Il est possible de se déplacer dans sa chambre ou dans la maison. L'effet répétitif permet de se concentrer. Parfois il est nécessaire de s'isoler ; la solution d'ouvrir la fenêtre de sa chambre pour que le bruit ambiant extérieur couvre le bruit présent dans la maison, peut être aussi envisager. Il faut proscrire la position "coucher... je suis fatigué...". Musique ou pas musique ? La musique n'empêche pas de travailler, non, elle ralentit le travail. Ce qui veut dire que choisir de travailler en musique, c'est travailler plus longtemps car moins vite. Cela veut dire aussi, que travailler en musique ne se conçoit que quand on a pris de l'avance dans son travail. Donc pourquoi ne pas envisager une autre démarche ; travailler sans musique et vite, puis écouter sa musique préférée..! Bon, une fois qu'on pense qu'on connaît bien son cours, il faut se tester et c'est là que les parents peuvent encore participer en posant des questions sur le cours à l'aide des notes prises par leur enfant. Il suffit de reformuler des parties du cours sous forme de questions. En histoire les dates sont incontournables ; en géographie aidez-vous des titres.

La troisième phase est celle des révisions (revoir signifie qu'on a déjà vu !) qui précède les grands devoirs du trimestre. Si l'élève a su organiser sa semaine (voir SEMAINIER ), il dispose des plages horaires disponibles. C'est durant ces horaires qu'il va constituer des fiches sur les cours : des résumés (type plan détaillé) , des fiches de vocabulaire (type glossaire) ou mêmes des recherches ou commentaires qu'il aura pu faire sur la matière ou un cours précis. C'est là aussi qu'il va réfléchir aux questions possibles que le professeur pourra poser.

Si ces trois phases sont respectées, un élève même moyen peut réussir ses années "lycée" et surtout bien s'armer pour de possibles études supérieures

 

LE COLLEGE, C'EST FINI !

Apprendre pour apprendre doit ne plus être la finalité d'une présence au Lycée. D'ailleurs, le terme, même de présence doit être banni au profit d'action. Oui, le lycéen est actif, présent et responsable.

Le lycéen est actif en cours, il réfléchit, il applique les méthodes, il demande la parole et pose des questions, il donne les réponses attendues. Il est présent en cours et au lycée ; les absences répétitives sont préjudiciables à toute progression. être présent signifie qu'on remarque sa présence par son activité en classe, activité positive bien sûr. Il n'y a rien de pire que de marquer absent un élève qui était pourtant en cours ... oui cela arrive parfois ... Enfin, l'élève est responsable, il admet ses erreurs, il prévient son professeur de ses absences programmées (exemple pour une hospitalisation), il prévient son professeur au début du cours quand exceptionnellement (bien sûr !), il n'a pas appris son cours. Il comprend pourquoi il est au Lycée et s'applique à trouver les solutions pour progresser.

 

ATTENTION !

Vous ne devez pas croire qu'arrivé au lycée, votre enfant est responsable de son avenir. Non, il est sensible, il se cherche, et surtout il n'est sûrement pas comme vous au même âge. Il y a vingt ans, vous comme moi, pouvions arrêter nos études à 16 ou 17 ans, d'ailleurs certains de mes amis l'ont fait, mais aujourd'hui, cela n'est plus possible. Non, il est quasiment obligatoire de poursuivre vers une fin d'études secondaires qui dans le cas de votre enfant qui est au lycée s'appelle souvent le BAC. Et le Bac n'est plus une fin en soi.

 

C'EST POUR LUI, C'EST POUR ELLE !

Ne faites pas l'erreur habituelle des parents qui, parce que leur enfant est grand, qu'il va au lycée, qu'il est autonome et qu'il doit assumer sa vie et surtout son futur (je résume ... !), vont le laisser seul et ne plus suivre son travail. Au contraire, accompagnez son passage Collège / Lycée, c'est très important qu'il garde quelques repères pour affronter ce changement. Pour ma part, je conseille à tous les parents de continuer à suivre leur enfant au moins jusqu'à la fin de la seconde et m^me pour les plus fragiles, montrer que leur travail vous tient à coeur en continuant en première. Vous ne faites pas leur travail à leur place, d'ailleurs vous êtes souvent dépassés, mais vous êtes à leurs cotés. N'oubliez pas que vos enfants ne seront pas autonomes (c'est à dire avoir un travail, un salaire d'indépendance... ) avant 20 ans et souvent pas avant 22 ans, on n'est plus dans les années 60... Alors ne tenez pas les propos moralisateur de vos parents (comme des miens), ne lui faites pas croire qu'il travaille pour lui ! Ses résultats vous concernent directement, moralement et matériellement au moins pour encore quelques années.

JR 09-2007